Accueil > Risques > Biologiques > Grippe aviaire

Grippe aviaire

Mieux vaut prévenir…

Augmenter la taille des caractères Diminuer la taille des caractères

Envoyer à un ami

Imprimez la page

Ajouter à ma sélection

Contacter l'INRS

Travailler au contact des volailles augmente le risque de contamination

Vous travaillez au contact de volailles, d’oiseaux sauvages, de leurs œufs, plumes ou fientes ? Alors, vous êtes directement concerné(e) par le risque de grippe aviaire. S’il ne fait parler de lui qu’épisodiquement en Europe, le virus H5N1 peut décimer des élevages d’oiseaux ou de volailles (influenza aviaire) et être à l’origine de cas de grippe aviaire chez l’Homme. Mieux vaut donc prévenir ces risques grâce à des mesures de prévention adaptées aux différentes situations de travail.

Cette rubrique ne traite pas des activités d’élevage dépendant du régime agricole et des personnels de santé en milieu hospitalier ou en pratique libérale, prenant en charge des patients atteints de grippe aviaire.

Que sait-on sur le virus H5N1 ?

Le virus H5N1 est responsable de l’influenza aviaire chez les oiseaux sauvages aquatiques (essentiellement les cygnes, les canards sauvages…) et les volailles (dinde, poulet…). Chez l’homme, il peut être à l’origine de cas de grippe aviaire (certains parlent de manière abusive de « grippe du poulet »).

À ce jour, ce virus se transmet difficilement à l’homme et il n’existe pas de transmission interhumaine prouvée.

Toutefois, ce virus pourrait s’adapter à l’homme et rendre possible la transmission interhumaine. Une pandémie grippale à virus H5N1 pourrait alors survenir. 

Schéma représentant les modes de transmission possibles de la grippe aviaire

Scénario possible pour une pandémie grippale

 

Comment contamine-t-il l’homme ?

Comme tout agent biologique, le virus H5N1 contamine l’homme en suivant une chaîne de transmission.

Chaîne de transmission de l’influenza aviaire à l’homme
Réservoir
  • Oiseaux (vivants ou morts)
  • Plumes et œufs brouillés par les fientes
  • Environnement souillé par les fientes (locaux, outils…)
Portes de sortie
  • Fientes
  • Sécrétions respiratoires
Transmission
  • Par l’air : inhalation de poussières contaminées par les sécrétions respiratoires ou les fientes
  • Par projection dans les yeuxde poussières contaminées
  • Par contact : mains contaminées portées aux yeux et au nez
Portes d’entrée
  • Voies respiratoires
  • Muqueuses oculaires et nasales
Hôte potentiel
En milieu professionnel, l’homme à son poste de travail

Selon l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (AFSSA), les risques d’être contaminé en mangeant de la viande ou des œufs est faible voire négligeable car le virus ne survit pas à des températures supérieures à 60 °C.

Quels sont les symptômes de la grippe aviaire ?

Les symptômes de la grippe aviaire ressemblent à ceux d’une grippe saisonnière : fièvre élevée, maux de tête, courbatures… Mais, contrairement à la grippe saisonnière, ils sont souvent accompagnés de troubles gastro-intestinaux : diarrhées, vomissements et douleurs abdominales… Ces symptômes surviennent après une incubation de 2 à 7 jours.

Les cas graves de grippe aviaire sont dus à des infections pulmonaires (pneumopathie virale sur laquelle les antibiotiques n’ont pas d’effet).

Quelles sont les situations de travail à risques ?

Depuis 2003, le virus H5N1 n’a touché l’Europe que de manière sporadique. Si un nouveau foyer d’influenza aviaire est détecté, certaines situations de travail pourraient être à risque.

Le principal facteur de risque est l’exposition prolongée et rapprochée à des oiseaux ou volailles (élevages, marchés, volières…). Sont donc particulièrement concernées :

  • Les activités directes autour des oiseaux (vivants ou morts) ou autour de leurs produits (œufs, plumes, fientes…) : élevage, abattage de volailles, transport, conditionnement des œufs, valorisation des plumes ou des fientes, parcs zoologiques, animaleries d’oiseaux de compagnie, laboratoires vétérinaires…
  • L’élimination des oiseaux malades ou morts : euthanasie des volailles sur décision des services vétérinaires, équarrissage…
  • Les activités touchées indirectement par la présence d’oiseaux et de leurs fientes : décharges à ciel ouvert, proximité de plans d’eau, toiture des bâtiments, espaces verts…

Comment prévenir le risque de grippe aviaire ?

La prévention du risque de grippe aviaire s’appuie sur les principes habituels d’une démarche de prévention globale. Elle est valable pour tout risque potentiel d’infection transmise par les oiseaux.

On distingue 2 cas de figure :

  • les situations d’exposition potentielle qui concernent toute entreprise directement ou indirectement en contact avec des oiseaux ou leurs fientes,
  • les interventions sur un foyer d’influenza aviaire probable ou confirmée.

Mis en ligne le 14 novembre 2011

Haut de page

Page extraite du site www.inrs.fr Copyright © INRS