Accès rapides :

Vous êtes ici :

  1. Accueil
  2. Publications et outils
  3. Bases de données
  4. Eficatt
  5. Maladie à virus Ebola (MVE) (rubrique sélectionnée)

Maladie à virus Ebola (MVE)

Virus Ebola

Sommaire de la fiche

Édition : janvier 2018

Agent pathogène [1, 2, 3] Guide de lecture

Descriptif de l'agent pathogène

  • Nom

    Virus Ebola

  • Type

    Virus
  • Groupes de classement

    • 4

Appartient à la famille des virus Filoviridae (cf. fiche FHV) qui compte trois genres : Cuevavirus, Marburgvirus et Ebolavirus. Cinq espèces ont été identifiées au sein du genre Ebolavirus : Zaïre, Bundibugyo, Soudan, Reston et Forêt de Taï. Le virus à l'origine de la récente épidémie en Afrique de l'Ouest (2014-2016) appartient à l'espèce Zaïre. Il s'agit d'un virus à ARN enveloppé.

Réservoir et principales sources d'infection

Réservoir
  • Type(s)

    • Animal
    • Homme

- Réservoir animal : des chauves-souris frugivores sont le réservoir naturel le plus probable de ce virus qui peut ensuite contaminer les primates non humains de manière épizootique.
- Humain : en période épidémique (la transmission est interhumaine secondairement).

Principales sources d'infection

Le virus Ebola est présent dans le sang, les tissus ou les liquides biologiques de personnes/animaux infectés, vivants ou décédés.
La charge virale des liquides biologiques d'un patient infecté par le virus Ebola est majeure ; elle peut atteindre 109-1010 PFU/g (Plaque Forming Unit/g) dans des selles diarrhéiques ou des vomissures et 107 PFU/g dans le sérum (4).
Plusieurs études rapportent la persistance du virus Ebola après la guérison (après clairance plasmatique du virus) dans certains liquides biologiques tels que le sperme, l'oeil, les urines et le liquide cérébro-spinal (LCS).

Vecteur(s)
Pas de vecteur.

Viabilité et infectiosité

Viabilité, résistance physico-chimique

Les filovirus, dont le virus Ebola, ont une survie dans l'environnement et sur les surfaces inertes qui peut durer plusieurs jours, avec une décroissance plus ou moins rapide selon la température, l'exposition au UV (5).
Le virus Ebola peut être détruit par de nombreux agents chimiques tels que l'eau de javel, les détergents, les solvants, les alcools, l'ammonium, les aldéhydes, les halogènes, l'acide per-acétique et les ammoniums quaternaires. Il peut également être détruit par des agents physiques tels que la chaleur, les rayons du soleil, les ultraviolets et les rayons Gamma (6).
Le HCSP a précisé les procédés efficaces pour :

  • la désinfection des surfaces (5) ;
  • l'inactivation des excréta, fluides biologiques et DASRI (4).
Infectiosité

L'infectiosité du virus Ebola est mal connue mais il semble que de petites quantités de virus (quelques PFU) seraient susceptibles de transmettre la Maladie à Virus Ebola (MVE).

Liens utiles