Accès rapides :

Vous êtes ici :

  1. Accueil
  2. Publications et outils
  3. Bases de données
  4. Eficatt
  5. Infections à Staphylococcus aureus-PVL (rubrique sélectionnée)

Infections à Staphylococcus aureus-PVL

Staphylococcus aureus producteur de la leucocidine de Panton Valentine.

Sommaire de la fiche

Édition : mars 2017

Agent pathogène Guide de lecture

Descriptif de l'agent pathogène

  • Nom

    Staphylococcus aureus producteur de la leucocidine de Panton Valentine.

  • Synonyme

    • SA-PVL.
  • Type

    Bactérie
  • Groupes de classement

    • 2

Cocci à Gram positif en amas, porteur des gènes codant la leucocidine de Panton Valentine (PVL). La PVL est une cytotoxine, conférant une pathogénicité et une transmissibilité accrue.
Leur pathogénicité et leur diffusion dans la communauté justifie une fiche spécifique.

Réservoir et principales sources d'infection

Réservoir
  • Type(s)

    • Animal
    • Environnement
    • Homme

Le principal réservoir est humain. Dans des contextes d’épidémies intra-familiales, des animaux domestiques (chiens, chats notamment) ont été retrouvés porteurs de SA-PVL et pourraient donc servir de réservoir. Il est retrouvé sur de nombreuses surfaces dans l’environnement de personnes porteuses ou infectées.

Vecteur(s)
Pas de vecteur.

Viabilité et infectiosité

Viabilité, résistance physico-chimique

Staphylococcus aureus (SA) survit 3 jours sur l’acier inoxydable et jusqu’à 3 mois sur le bois et le vinyle. Les SA résistants à la méticilline (SARM) peuvent persister pendant 7 jours à 7 mois sur des surfaces inertes.

SA-PVL est très résistant dans le milieu extérieur et sa survie à l’extérieur de l’hôte est de 7 jours (surfaces sèches) à plusieurs mois (milieu humide). En cas d’épidémie intra-familiale, les surfaces et objets où l’on retrouve le plus souvent le SA-PVL sont le porte-savon de la douche, les serviettes de bain et les téléphones.

SA-PVL, comme SA, est sensible à de nombreux désinfectants tels que l’hypochlorite de sodium à 0,5% de chlore actif (eau de javel reconstituée diluée au 1/5e), les solutions d'iode et d'éthanol 70 %, le glutaraldéhyde 2 % et le formaldéhyde. Les antiseptiques sont en général actifs avec une possible résistance plasmidique, notamment aux antiseptiques mercuriels.

Une inactivation est possible par chauffage à 120°C pendant 15 min à chaleur humide ou supérieure à 160°C à chaleur sèche pendant 1 heure _[1,2].

Infectiosité

Dose infectante non connue pour SA-PVL.

Liens utiles