Acces rapides :
dossier :

Risques chimiques

Vous êtes ici :

  1. Accueil
  2. Risques
  3. Chimiques
  4. Effets sur la santé et la sécurité (rubrique sélectionnée)

Effets sur la santé et la sécurité

Les produits chimiques présentent des dangers pour les personnes, les installations ou l'environnement : intoxications aiguës, asphyxie, incendie, explosion, pollution… Ils peuvent aussi provoquer des effets plus insidieux, après des années d’exposition du travailleur à de faibles doses, voire plusieurs années après la fin de l’exposition. Ces dangers immédiats et différés doivent être pris en compte dans le cadre d’une même démarche de prévention des risques chimiques.

Effets sur la santé

La gravité des effets des produits chimiques sur la santé dépend de plusieurs paramètres :

  • caractéristiques du produit chimique concerné (toxicité, nature physique…)
  • voies de pénétration dans l’organisme (respiratoire, cutanée ou digestive)
  • mode d’exposition (niveau, fréquence, durée…)
  • état de santé et autres expositions de la personne concernée (physiologie, prise de médicaments, consommation d’alcool ou de tabac, expositions environnementales…).
     

Ces effets peuvent apparaître :

  • en cas d’exposition à un produit chimique sur une brève durée (intoxication aiguë) : brûlure, irritation de la peau, démangeaison, convulsion, ébriété, perte de connaissance, coma, arrêt respiratoire…
  •  après des contacts répétés avec des produits chimiques, même à faibles doses, (intoxication chronique) : eczéma ou troubles de la fertilité, silicose, mésothéliome, insuffisance rénale...
     

Les pathologies dues à des produits chimiques peuvent apparaître plusieurs mois ou plusieurs années après l’exposition. Dans le cas des cancers professionnels, ils peuvent apparaître 10, 20, voire 40 ans après l’exposition.
 

Exemples de maladies d’origine chimique et substances en cause

Organes touchés

Pathologies

Produits ou familles de produits en cause



Peau et muqueuses

Irritations, ulcérations, eczémas…
barre de séparation de tableau
Cancers

Solvants, acides et bases, ciment, résines époxydiques, huiles, graisses, goudrons…
barre de séparation de tableau
Arsenic, goudrons, huiles minérales, brais





Appareil respiratoire

Asthme, pneumopathie d’hypersensibilité, hyperréactivité bronchique non spécifique, pneumoconioses…
barre de séparation de tableau
Cancers

Silice, amiante, bois, farine, isocyanates organiques, métaux, bagasse, coton, acides, bases, certains solvants, brouillards d’huile…
barre de séparation de tableau
Amiante, fibres minérales (fibres céramiques réfractaires), poussières de bois, silice, nickel, chrome, arsenic, goudrons…



Système nerveux

Polynévrites, tremblements, troubles psychiatriques, syndrome parkinsonien…
barre de séparation de tableau
Tumeurs cérébrales (glioblastome)

Solvants organiques, plomb, mercure, bromure de méthyle, oxyde de carbone, oxyde de manganèse…
barre de séparation de tableau
Nitrosamines





Reins, vessie, foie

Néphrites, hépatites…
barre de séparation de tableau
Cancers

Tétrachlorure de carbone, plomb, mercure, cadmium, hydrogène arsénié, chlorure de vinyle, amines aromatiques…
barre de séparation de tableau
Nitrosamines, amines aromatiques, colorants, hydrocarbures polycycliques aromatiques (HPA), chlorure de vinyle, arsenic, dioxines…
 



Sang

Anémies, leucopénies
barre de séparation de tableau
Leucémies

Plomb, benzène
barre de séparation de tableau
Benzène, oxyde d’éthylène, pesticides
 



Cœur et appareil circulatoire

Angines de poitrine, infarctus
barre de séparation de tableau
Troubles du rythme cardiaque

Dérivés nitrés du phénol, plomb, oxyde de carbone, pesticides, organophosphorés…
barre de séparation de tableau
Hydrocarbures halogénés (fréons, halons), oxyde de carbone


Si les réactions à certains produits chimiques apparaissent au-delà d’un seuil d’exposition (hépatite, atteintes rénales ou convulsions, par exemple), d’autres produits n’ont pas de seuil d’action (c'est le cas des substances cancérogènes agissant sur les chromosomes) : on considère alors toute exposition comme potentiellement dangereuse (benzène et leucémie, plomb et anomalie du développement neuro-psychique…).
 

Pas de vie sans oxygène : l’asphyxie, un risque non négligeable dans les espaces confinés

Les gaz utilisés ou générés par certains procédés de travail peuvent appauvrir l’air. Quand la teneur en oxygène dans l’air, habituellement de 21 %, descend en dessous de 15 %, il y a risque d’asphyxie. La sous-oxygénation entraîne une diminution des capacités physiques et mentales, sans que la victime en ait conscience. À 10 % d’oxygène dans l’air, la victime s’évanouit. Au-dessous de 10 %, elle meurt en quelques minutes, sauf réanimation immédiate.
Cette situation peut être liée à une accumulation de gaz inertes (azote, argon, hélium…) dans des espaces clos ou semi-clos mal ventilés (puits, cuves, silos, réacteurs dans l’industrie chimique…).

Risques d’incendie et d’explosion

Les produits chimiques peuvent jouer un rôle dans le déclenchement d’un incendie par leur présence dans l’air ambiant ou en cas de mélange avec d’autres produits. Ils peuvent également aggraver l’ampleur d’un incendie.
De nombreuses substances peuvent également, dans certaines conditions, provoquer des explosions. Ce sont pour la plupart des gaz et des vapeurs, mais aussi des poussières inflammables et des composés particulièrement instables.

Réactions chimiques dangereuses

Enfin, le mélange d’agents chimiques incompatibles, l’échauffement de produits, la dégradation thermique, les frottements ou encore les chocs peuvent provoquer des émissions massives de vapeurs toxiques, des phénomènes exothermiques se traduisant par une déflagration, une détonation, des projections de matières ou une inflammation…

Pour en savoir plus
Mis à jour le 08/09/2014
Formations INRS
Voir toutes les formations