Accès rapides :
dossier :

Risques chimiques

Vous êtes ici :

  1. Accueil
  2. Risques
  3. Chimiques
  4. Mesures d’urgence face au risque chimique (rubrique sélectionnée)

Mesures d’urgence face au risque chimique

En cas d’incident ou d’accident impliquant un ou plusieurs produits chimiques, le personnel et la direction d’une entreprise doivent réagir rapidement et de manière adéquate. Pour cela, des mesures d’urgence doivent être définies à l’avance et connues de tous.

Définition des mesures d’urgence

Les mesures d’urgence à appliquer en cas d’accident dû aux produits chimiques doivent être établies par écrit par le responsable de l’entreprise pour chaque lieu de travail où un risque chimique a été identifié.

Les mesures d’urgence précisent notamment :

  • la conduite à tenir en cas d’accident d’origine chimique,
  • les systèmes d’alarme et d'alerte ou autres systèmes de communication à utiliser, permettant de déclencher les opérations de secours, d’évacuation et de sauvetage,
  • les personnes à contacter (secours extérieurs, médecin du travail, infirmières du travail, salariés sauveteurs secouristes du travail, responsables hiérarchiques),
  • les règles de limitation d’accès ou d’évacuation du personnel à appliquer en cas d’accident,
  • les équipements de premiers secours et de protection individuelle à utiliser.
     

Elles sont destinées à :
• être appliquées sur les lieux de l’accident sans se substituer à la prise en charge médicale ultérieure,
• limiter les conséquences de l’accident non seulement pour la victime mais également pour les autres personnes présentes et pour l’environnement,
• faciliter l’intervention des services de secours.
 

Les mesures d’urgence doivent être tenues à disposition des services d’intervention internes et externes.

Matériel de secours et de première intervention

Les lieux de travail doivent être équipés de matériel de premier secours (douches de sécurité, rince œil…) et de première intervention (extincteurs, robinets d’incendie armés…), facilement accessibles et adaptés à la nature des risques. Ce matériel et les consignes à observer doivent être regroupés dans un endroit précis signalé, à proximité d’un dispositif d’alerte.

Le médecin du travail établit par écrit un protocole précis d’organisation des secours en cas d’accident. En cas d’intoxication, il est exceptionnel qu’il existe un antidote à administrer dans l’urgence. Dans tous les cas, il faut se reporter à l’avis du médecin du travail et aux informations figurant sur l’étiquette du produit (notamment les conseils de prudence) et sur sa fiche de données de sécurité. Les Centres antipoison et de toxicovigilance peuvent également être contactés.

Mesures de premiers secours

Sur les conseils du médecin du travail, et, de préférence, en liaison avec les services de secours (sapeurs-pompiers, SAMU…), chaque employeur doit organiser dans son entreprise les soins d’urgence. Les modalités d’intervention sont à adapter aux risques propres à l’entreprise et à l’effectif salarié.
 

Cette obligation peut impliquer la présence de personnels spécialement formés aux premiers secours et de préférence au sauvetage secourisme du travail.

Il est important de rappeler qu’à la suite de ces mesures d’urgence, le travailleur victime d’un accident doit être pris en charge médicalement, même en l’absence de signes tels que symptômes d’intoxication aiguë, lésions (brûlure…) ou perte de conscience.

Formation du personnel

Chaque salarié reçoit une formation à la sécurité dans le mois qui suit l’affectation à son poste. Elle comprend entre autres la conduite à tenir en cas d’accident.
 

Les consignes d’urgence doivent être maîtrisées par les salariés et pour cela faire l’objet d’actions d’information et de formation. Les sauveteurs secouristes du travail ont connaissance des risques propres à l’entreprise et sont formé en conséquence.
 

L’efficacité des mesures d’urgence définies dépend directement du délai de réaction, celui-ci sera d’autant plus court que le personnel aura été entraîné à les appliquer. Des exercices doivent donc être pratiqués régulièrement et les sauveteurs secouristes du travail doivent bénéficier d’un recyclage périodique de leurs connaissances.

Conduite à tenir en cas d’accident d’origine chimique

 

 

 

  

Protéger

Incendie ou explosion

  • Utiliser le matériel de première intervention (extincteur…)
  • Appliquer les consignes d’urgence sur les procédés : coupure de l’arrivée de gaz, éventuellement coupure des sources d’énergies, mise en sécurité…

Asphyxie ou intoxication

  • Empêcher quiconque de pénétrer dans la zone concernée
  • Utiliser une protection respiratoire adéquate avant de pénétrer dans la zone
  • Ventiler la zone
  • Le cas échéant, couper l’arrivée de gaz

 

 Alerter

  • Déclencher les systèmes d’alarme afin de faire évacuer le personnel
  • Contacter les secours (internes ou externes) en tenant compte des consignes spécifiques à l’établissement, en indiquant le lieu de l’accident, la nature des produits en cause lorsqu’ils sont connus et le nombre probable de victimes

  

 

 

 

 

 

 

 

 

Secourir

Projection de produits chimiques sur la peau, les yeux et les vêtements

  • En cas de projection localisée, rincer la zone atteinte abondamment à l’eau pendant au moins 15 minutes après avoir fait déshabiller la victime si nécessaire
  • En cas de projection importante et/ou répartie sur une grande partie du corps, amener la victime sous une douche de sécurité, la rincer, la faire se déshabiller sous la douche et continuer à  la rincer pendant au moins 15 minutes
  • Si l’œil est atteint, rincer à l’eau (ou avec un fluide de rinçage) de préférence avec un rince œil, abondamment en maintenant l’œil ouvert pendant au moins 15 minutes

Brûlure thermique

  • Rincer abondamment la zone atteinte à l’eau pendant au moins 15 minutes
  • Ne jamais faire déshabiller la victime

Secourir en utilisant de l’eau : Dans de rares cas, en fonction du produit chimique impliqué, l’eau peut être inappropriée. Il faut se reporter aux informations figurant sur l’étiquette et la fiche de données de sécurité.

Pour en savoir plus
Mis à jour le 27/09/2017