Acces rapides :
dossier :

Risques chimiques

Vous êtes ici :

  1. Accueil
  2. Risques
  3. Chimiques
  4. Exemples d'exposition aux risques (rubrique sélectionnée)

Exemples d’exposition aux risques

Tout produit chimique qui entre en contact avec le corps humain, peut perturber le fonctionnement de ce dernier, et conduire à l’apparition d’effets sur la santé plus ou moins graves. Qu’ils soient solides, liquides ou gazeux, les produits chimiques empruntent trois voies principales pour pénétrer dans l’organisme : par inhalation, par contact avec la peau ou par ingestion.

En milieu de travail, on distingue deux circonstances d’exposition :

  • Les produits sont utilisés de façon délibérée, sous leurs états liquide, solide ou gazeux, pour leurs propriétés (diluant, dégraissant…) ou comme intermédiaires avec d’autres produits pour fabriquer un matériau ou une autre substance, et ce dans des conditions particulières de mises en œuvre (application au chiffon ou au rouleau, par trempage, par pulvérisation, à de hautes températures, sous pression…) : cette utilisation peut donner lieu à des expositions.
  • Un procédé ou une activité donne lieu à des émissions de produits chimiques (poussières, vapeurs, gaz, fumées, brouillards…) : il y a alors pollution du poste de travail ou de son environnement, d’où une exposition possible de l’opérateur ou des salariés de l’entreprise. Tous les secteurs d’activité sont concernés par ce type d’exposition.

L’exposition professionnelle peut être liée à une situation ou à un fonctionnement ordinaire et habituel, si les mesures de prévention sont insuffisantes, inadaptées ou pas appliquées. L’exposition peut également être accidentelle : rupture, fuite, procédé mal maîtrisé, déversement accidentel…

L’inhalation est le mode d’exposition professionnelle le plus fréquent. Vient ensuite la voie percutanée, par contact et/ou par passage à travers la peau : les effets sont alors soit locaux (irritation, brûlure, nécrose…) soit généraux. Le mode d’exposition par ingestion est également très important pour certains produits (poudres, métaux) en milieu professionnel soit du fait de l’ingestion par déglutition de substances préalablement inhalées (en avalant sa salive), soit du fait de problèmes d’hygiène (mains sales). L’ingestion peut également être accidentelle (déconditionnement des mélanges utilisés par exemple).

Rappelons également que les produits inflammables, combustibles ou instables peuvent être à l’origine d’incendies et d’explosions d’importance et de gravité variables.

Risques chimiques : exemples d’accidents extraits de la base de données EPICEA

Étiquetage non conforme avec reconditionnement

Un agent de nettoyage, faisant son travail dans un atelier d'ajustage, a soif. Voyant en évidence sur un établi une bouteille contenant un liquide rose et croyant que c’est du sirop de fraise (ne sachant pas bien lire le français), la victime en boit une certaine quantité avant de s'apercevoir qu'il s'agissait en fait d'un acide. Elle en vomit une partie.
Les pompiers appelés perdent un temps précieux à identifier le produit : avec très peu d’odeur et mis dans une bouteille alimentaire, l'étiquetage apposé ne comporte pas en effet de symbole de risque et est très peu lisible. Une fois le produit connu (de l’acide sélénieux utilisé par les mécaniciens pour oxyder différentes pièces métalliques), la victime peut être secourue : elle a des brûlures de l'appareil digestif.

Nettoyage ou entretien

Un agent de maintenance effectue le nettoyage d’une salle. Pour enlever des traces de ciment sur le sol, la victime verse de l'acide chlorhydrique dans un seau ayant contenu de l'eau de Javel. Le mélange des deux produits provoque une réaction chimique avec un dégagement de vapeurs irritantes, ce qui occasionne une affection respiratoire avec hospitalisation de la victime.

Transformation d’un fût sans dégazage préalable

Un ouvrier décide de transformer en poubelle un fût vide de 200 litres ayant contenu un diluant organique. Il le découpe au chalumeau alors que les bondes du fût sont en place et qu’il contient encore des traces du diluant. Il est tué et trois autres personnes sont blessées par l’explosion de l’atmosphère explosible (mélange vapeur du diluant-air) contenue dans le fût.

Espace confiné

Après vidange et dégazage, une cuve de dégraissage est réparée (fuite d'eau du serpentin de refroidissement). Suite à cette réparation, un ouvrier spécialisé descend dans la cuve à l'aide d'une échelle, sans s'équiper des protections mises à sa disposition (masque plus harnais reliée à un dispositif de sauvetage). Il ne voit en effet que des traces d'eau au fond de la cuve. Dix minutes plus tard, un autre ouvrier découvre la victime asphyxiée au fond de la cuve.

EPICEA rassemble des cas d'accidents du travail mortels, graves ou significatifs pour la prévention, survenus depuis 1990 à des salariés du régime général de la Sécurité sociale. La base de données EPICEA est consultable sur le site internet de l’INRS.

Mis à jour le 04/09/2014
Formations INRS
Voir toutes les formations