Femme enceinte

S’informer le plus tôt possible

Augmenter la taille des caractères Diminuer la taille des caractères

Envoyer à un ami

Imprimez la page

Ajouter à ma sélection

Contacter l'INRS

Une femme enceinte peut rencontrer des conditions de travail pénibles

En France, près d’un salarié sur deux est une salariée. Parmi elles, beaucoup seront mères au cours de leur vie professionnelle. Le contact avec des produits toxiques ainsi que des travaux ou des conditions de travail pénibles peuvent faire peser des risques pour la santé de la mère et de son enfant. Risques que l’employeur est tenu d’évaluer et de prévenir, avec l’aide du médecin du travail.

Au cours de leur activité, les femmes enceintes peuvent être exposées :

  • à des risques biologiques (intérimaire, infirmière ou professionnelle de la petite enfance, par exemple),
  • à des radiations ionisantes (dentiste, assistante dentaire, chercheuse, par exemple),
  • et plus fréquemment à des risques chimiques (colle, peinture, pesticide, solvant, teinture…).

Les salariées doivent être précisément informées des effets nocifs des agents ou substances avec lesquelles elles peuvent être en contact. Parmi les produits chimiques, certains sont en effet connus ou suspectés d’être toxiques pour la reproduction : ils peuvent nuire au bon déroulement de la grossesse, au développement de l’enfant, à sa santé ou à sa fertilité future. Ils peuvent aussi contaminer le lait maternel. Certains sont susceptibles d’agir dès les premières semaines de grossesse.

Pénibilité physique

La station debout prolongée, les travaux répétitifs, la manutention de charges lourdes, les vibrations mais aussi les horaires difficiles et le stress… peuvent également avoir des effets sur le déroulement de la grossesse. Les travaux ou des conditions de travail pénibles présentent des risques particulièrement importants pendant les derniers mois de la grossesse.

Prévention

L’employeur est tenu de procéder à une évaluation des risques auxquels sont exposés ses salariés. Cette évaluation doit prendre en compte les risques auxquels peuvent être exposées les femmes enceintes. Sur la base de cette évaluation, des mesures de prévention adaptées doivent être recherchées.

Si des agents dangereux ont été repérés, l’information sur les risques liés à leur utilisation s’impose à tous les salariés. Certains postes ou travaux jugés dangereux du fait de la présence de risque chimique, physique, biologique ou de conditions de travail particulières sont, par ailleurs, interdits aux femmes enceintes voire allaitantes, ou réglementés.

Le médecin du travail, s’il est informé à temps de la grossesse, peut proposer en fonction de l’état de santé et du poste occupé des adaptations du travail (par exemple, une dispense de port de charges) ou demander des affectations à un autre poste, si besoin (par exemple en radiologie, un transfert vers les postes administratifs). Attention : pour bénéficier de ces mesures de protection, les futures mères doivent avoir déclaré leur grossesse.

Vous souhaitez avoir un enfant ?

Si vous, ou votre compagnon pensez être en contact avec des produits dangereux, parlez-en à votre médecin du travail.

Apprenez à lire les étiquettes sur les produits chimiques que vous utilisez et renseignez-vous également sur les pollutions présentes dans l’entreprise (fumées, émanations…).

Femme enceinte au travail

Vous êtes enceinte ?

Vous n’êtes pas tenue d’informer votre employeur de votre grossesse. Mais attention, pour être soustraite des situations de travail présentant des risques ou pour disposer d’aménagements, votre employeur doit être informé de votre état… Réfléchissez-y.

Vos conditions de travail sont fatigantes ? Parlez de votre grossesse avec votre médecin du travail. Il pourra rechercher avec vous les façons d’adapter votre travail si nécessaire.

Vous pouvez demander à être affectée temporairement à un autre emploi si votre état de santé constaté le justifie.

 

Mis en ligne le 14 août 2012

Haut de page

Page extraite du site www.inrs.fr Copyright © INRS