Acces rapides :
Dossier :

Reproduction

Sommaire du dossier

Vous êtes ici :

  1. Accueil
  2. Risques
  3. Reproduction
  4. Expositions aux risques (rubrique sélectionnée)

Expositions aux risques

Les risques pour la fertilité sont traditionnellement peu étudiés en milieu professionnel. A part les risques pour l’atteinte de la fertilité masculine lors d’exposition à de très fortes chaleurs ou aux rayonnements ionisants, une revue de la littérature rapporte des études signalant des associations entre les expositions professionnelles masculines ou féminines au plomb et au cadmium, aux solvants, aux pesticides. Pour ces deux dernières familles de substances, des associations sont suggérées qui nécessitent d’être précisées (plus de détails dans l’article «

Relations entre exposition professionnelle, anomalies de la fertilité et troubles de l’appareil reproducteur : revue de la littérature récente

» publié dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire en février 2012 ).

Les risques pour la grossesse sont très divers (agents chimiques, travail de nuit, port de charges, stress, bruit, agents biologiques, radiations ionisantes..). Ils peuvent être présents dans de multiples activités ou secteurs professionnels et concerner de nombreux métiers (infirmière ou professionnelle de la petite enfance, dentiste, assistante dentaire, chercheuse, vétérinaires, techniciennes, vendeuses, employée de maison, ..). Tout métier est potentiellement susceptible d’engendrer des risques éventuels pour une grossesse.
 

Les métiers qui cumulent les risques sont les plus dangereux. Les études existantes ont mis en avant certains métiers comme les coiffeuses qui manipulent des produits chimiques et piétinent toute la journée, les hôtesses de l’air et autre personnel navigant qui eux aussi passent beaucoup de temps debout, portent des charges lourdes, ont des horaires totalement décalés et sont en plus exposées aux rayons cosmiques pendant les vols, les agricultrices sont très exposées aux pesticides, ou encore les infirmières. Ces dernières ont souvent un travail physiquement éprouvant, avec des horaires décalés, voir de nuit et peuvent être exposées à des agents biologiques, des substances chimiques (médicaments anticancéreux, anesthésiques...) dont certains sont à risque pour le développement. Les assistantes vétérinaires sont également susceptibles d’être exposées aux rayonnements ionisants, aux anesthésiques, aux traitements antiparasitaires, à certaines zoonoses.

Différentes situations d’exposition potentielle à des risques pour la reproduction
Mis à jour le 13/10/2014