Acces rapides :
DOSSIER :

Bruit

Sommaire du dossier

Vous êtes ici :

  1. Accueil
  2. Risques
  3. Bruit
  4. Expositon au risque (rubrique sélectionnée)

Exposition au risque

 

67% des actifs français se disent dérangés par le bruit sur leur lieu de travail, selon un sondage réalisé pour l'Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail. Selon l'étude Sumer 2010, en France, les expositions de longue durée (plus de 20 heures par semaine) à des niveaux élevés (plus de 85 dB/(A)) concernent 4,8% des salariés. Les secteurs les plus concernés sont l'industrie (le chiffre passe à 16,8 %) et la construction (10,5 %). Un certain nombre de ces salariés seront atteints de surdité irréversible.

Dans l’industrie, de nombreux salariés sont exposés à des niveaux sonores élevés.

Émission de bruit

Il faut déterminer et caractériser les sources du bruit, qu'il s'agisse de machines, d'outils, de voix…
Une émission se caractérise par :

  • le niveau de puissance (somme de "tout le bruit" produit) ;
  • le niveau de pression au poste de travail.

La réglementation  prend en compte ces deux paramètres.

Propagation du bruit dans un lieu de travail

Propagation du bruit dans un local

En l'absence de tout obstacle, le niveau sonore décroît avec l'éloignement. Il baisse de 6 décibels chaque fois que l'on double la distance à la source.
A l'intérieur des locaux, cet avantage est réduit  : en plus du bruit direct, l'opérateur perçoit le bruit réfléchi par les parois du local (voire par les parois d'autres obstacles). Si bien que, dans certains locaux, lorsqu'on s'éloigne de la source, le niveau de bruit diminue moins vite que si on se trouvait en plein air. Il peut même rester presque constant malgré l'éloignement. S'il n'est pas spécifiquement traité, le local est un facteur d'augmentation du bruit. La mise en place de matériaux acoustiques absorbants réduit le niveau de bruit dans un local.

Réception

Dans un lieu de travail, les sources de bruit sont multiples et situées en des endroits divers. Le bruit reçu en totalité, appelé bruit ambiant, est la somme du bruit provenant de toutes ces sources et des réflexions sur des obstacles.
 

Le niveau de bruit auquel les travailleurs sont soumis peut varier au cours de la journée. Pour connaitre la dose de bruit subie, il faut prendre en compte les temps d'exposition aux différents niveaux de bruit. La dose de bruit subie par le salarié est donc un produit niveau X durée (cf. tableau ci-dessous). C’est cette dose qui est prise en compte dans la réglementation.

Exemple de durées d'exposition quotidiennes équivalentes

Niveau sonore en dB(A) Durée d'exposition
80 8 h
83 4 h
86 2 h
89 1 h
92 30 min
95 15 min
98 7,5 min

Par exemple, être exposé 8 heures à 80 dB(A) est aussi dangereux que d'être exposé 1 heure à 89 dB(A).

Évaluation et mesurage

La réglementation prévoit que l’exposition au bruit peut être évaluée ou mesurée. La mesure du bruit dans l’entreprise permet d’apprécier précisément l’exposition des salariés.
Évaluation sommaire du risque : par des tests de communication dans le bruit, ou en utilisant des données bibliographiques.

Votre environnement de travail est-il trop bruyant ?

  • Vous devez élever la voix pour parler avec un collègue situé à 1 m ?
  • Vos oreilles bourdonnent pendant ou à la fin de votre journée de travail ?
  • De retour chez vous, après une journée de travail, vous devez augmenter le volume de votre radio ou de votre téléviseur ?
  • Après plusieurs années de travail, vous avez des difficultés à entendre les conversations dans les lieux bruyants (cantine, restaurant…) ?

Si vous avez répondu oui à au moins une de ces questions, alors le bruit sur votre lieu de travail représente peut-être un risque pour votre santé !

L’INRS propose également plusieurs outils pour évaluer l’exposition au bruit des salariés :

Mesurage ponctuel

On utilise, en premier lieu, des mesures instantanées, effectuées avec un sonomètre, comprenant un microphone et son électronique. Ces mesures sont faites à hauteur d’oreille. On détermine ainsi les situations ou les lieux de travail les plus bruyants.

Mesure de bruit avec un sonomètre

Cartographie

La cartographie est une représentation graphique des niveaux sonores dans l'espace de travail. Cette cartographie peut aussi être prévue par des logiciels en fonction des caractéristiques des locaux et des sources de bruit.

Exemple de cartographie du bruit dans un atelier

Exposimétrie

Pour les salariés travaillant dans les zones trop bruyantes, on réalise des mesures suivant des méthodes normalisées (norme NF EN ISO 9612) :

  • soit à l'aide d'un exposimètre porté par le travailleur et mesurant en continu le niveau de bruit ;
  • soit à l'aide d'un sonomètre

Le mesurage peut être effectué à la demande de l'employeur, du comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT), du médecin du travail voire de l'inspection du travail.

L’évaluation du risque est du ressort de l'entreprise. Cependant, en cas de mise en demeure par l'inspection du travail, il doit être effectué par un organisme accrédité par le Comité français d'accréditation (COFRAC).


Pour en savoir plus
Mis à jour le 05/12/2014
Voir aussi