Acces rapides :
DOSSIER :

Bruit

Sommaire du dossier

Vous êtes ici :

  1. Accueil
  2. Risques
  3. Bruit
  4. Définitions (rubrique sélectionnée)

Définitions

Les sons

Les sons sont des vibrations de l'air qui se propagent sous la forme d’ondes acoustiques. L’acousticien s’intéresse à leur amplitude mesurée en décibel et à leur fréquence, exprimée en Hertz (Hz).

  • Vibrations rapides = fréquence élevée = son aigu
• Vibrations lentes = fréquence faible = son grave

Échelle des fréquences sonores

Infrasons

Sons audibles (par l'homme)

Ultrasons

< 20 Hz

20 à 20 000 Hz
Dont les fréquences de la parole : 100 à 6 000 Hz

> 20 000 Hz

L'audition

L’oreille comprend trois parties:

- l’oreille externe, pavillon et conduit auditif, guide le son jusqu’au tympan, membrane séparant l’oreille externe de l’oreille moyenne, dont le rôle est de capter les variations de pression sonore, comme le fait la membrane d’un microphone ;
- l’oreille moyenne, constituée par une chaîne de 3 osselets - le marteau, l’enclume et l’étrier - transmet les mouvements du tympan à l’oreille interne ; elle est en communication avec le milieu extérieur par la trompe d’Eustache habituellement fermée et s’ouvrant à la déglutition.
- l’oreille interne est au cœur du système auditif ; c’est un milieu liquide renfermant deux ensembles fonctionnels distincts : le vestibule, organe de l’équilibre, et la cochlée, dédiée à l’audition.
La cochlée abrite environ 15 000 cellules sensorielles ciliées qui ont un rôle déterminant dans l’audition. Par l’intermédiaire de ces cellules, la cochlée exerce une triple action :

  • elle amplifie les vibrations qui lui parviennent,
  • elle analyse ces mêmes vibrations et les oriente en fonction de leur fréquence vers les fibres nerveuses qui lui sont connectées,
  • elle transforme l’énergie vibratoire en influx nerveux.

 

L’influx nerveux généré par la cochlée est conduit jusqu’aux aires auditives du cerveau par un faisceau de fibres nerveuses. Le cortex cérébral interprète le message nerveux qu’il reçoit, et génère la sensation auditive, image perceptive du message sonore capté par l’oreille.

 

L’oreille humaine

On parle de bruit lorsqu'un ensemble de sons est perçu comme gênant. Cela en fait une notion subjective : le même son peut être utile, agréable ou gênant selon qui l'entend et à quel moment. Au-delà d'une certaine limite (niveau sonore très élevé), tous les sons sont gênants voire dangereux, même les sons agréables comme la musique.

Le niveau de bruit

On mesure physiquement le niveau du bruit en décibels.
Pour prendre en compte le niveau réellement perçu par l'oreille, on utilise le décibel pondéré A, dont l'abréviation est dB(A).
 

  • 0 dB(A) = bruit le plus faible qu'une oreille (humaine) peut percevoir
  • 50 dB(A) = niveau habituel de conversation
  • 80 dB(A) = seuil de nocivité (pour une exposition de 8h/j)
  • 120 dB(A) = bruit provoquant une sensation douloureuse 
     

Dans les niveaux très élevés, l’oreille humaine ne ressent pas les bruits de la même manière. On prend en compte cet effet en utilisant comme unité le décibel pondéré C, noté dB(C).
Le sonomètre est l’instrument de mesure basique du bruit
 

Mesure de niveau sonore à l’aide d’un sonomètre


Attention !
Les niveaux sonores en décibels ne s'ajoutent pas directement (c’est une échelle logarithmique).
 

Si une machine produit 80 dB(A), alors :
- 2 machines produisent 83 dB(A) ;
- 3 machines produisent 85 dB(A) ;
- 4 machines produisent 86 dB(A) ;
- 5 machines produisent 87 dB(A) ;
- 10 machines produisent 90 dB(A).
 

Lorsque 2 machines qui font le même bruit fonctionnent simultanément, le fait d'en arrêter une diminue le niveau de bruit de 3 dB(A) seulement.

Pour en savoir plus
Mis à jour le 05/12/2014
Voir aussi