Accès rapides :
Dossier :

Amiante

Sommaire du dossier

Vous êtes ici :

  1. Accueil
  2. Risques
  3. Amiante
  4. FAQ Amiante (rubrique sélectionnée)

FAQ Amiante

Questions – Réponses sur l’amiante

Des réponses aux questions les plus fréquemment posées sur le risque amiante dans le second œuvre du bâtiment, en dehors des activités de retrait et d’encapsulage d’amiante

Ma santé

  • Quelles sont les maladies provoquées par l'amiante ?

    L’amiante est toxique par inhalation. Il peut provoquer des maladies du système respiratoire. Certaines sont relativement bénignes (plaques pleurales…), d’autres très graves: cancer du poumon, cancer de la plèvre (mésothéliome), fibroses (asbestose)…

  • Quels sont les symptômes des maladies de l'amiante ?

    Il peut n’y avoir aucun symptôme des maladies de l’amiante : la découverte de la maladie se fait alors au cours d’un examen d'imagerie des poumons. Sinon, les symptômes observés peuvent être très variés : douleurs thoraciques, gêne respiratoire pouvant aller jusqu’à l’insuffisance respiratoire, dégradation de l’état général notamment en cas de cancer, toux, expectorations…

  • Combien de temps faut-il pour qu'une maladie se déclare ?

    C’est très variable. Cela dépend de l’importance et de la durée de l’exposition aux fibres d’amiante. Cela peut aller en moyenne de 10 à 40 ans après les premières expositions.

  • Certains matériaux sont-ils plus dangereux que d'autres ?

    Oui, les matériaux émissifs (flocages, calorifugeages …)  qui libèrent des fibres spontanément.

    Les matériaux contenant de l’amiante lié (dalles vinyle amiante, plaques amiante ciment, joints en caoutchouc …) n’émettent pas spontanément de fibres s’ils sont en bon état mais toute intervention sur ces matériaux (perçage, ponçage, tronçonnage…) est dangereuse car elle provoque des émissions de fibres d’amiante.

  • Dans le bâtiment, existe-t-il des métiers plus particulièrement concernés par les maladies liées à l'amiante ?

    Tous les corps de métiers du second œuvre du bâtiment peuvent être amenés à intervenir sur des matériaux contenant de l’amiante. Mais certains métiers sont plus touchés que d’autres. En 2015, parmi les victimes de maladies professionnelles causées par l’amiante, on trouve 236 plombiers et tuyauteurs, 227 maçons, 164 électriciens, 59 peintres...Au total, 3696 maladies professionnelles liées à l’amiante ont été reconnues en 2015 dans tous les secteurs d’activités.

  • J'ai travaillé sur un chantier de rénovation ou de maintenance où il y avait de l'amiante. Est-ce que je peux tomber malade ?

    Oui, car certaines maladies de l’amiante peuvent survenir même après de faibles expositions. La répétition de l’exposition augmente la probabilité de tomber malade. Un fumeur exposé à l’amiante augmente le risque de développer un cancer du poumon.

    Quelles que soient l’importance et la fréquence de l’exposition, il est donc primordial de vous protéger.

  • Je travaille sur un chantier au contact de matériaux amiantés. Est-ce que je peux contaminer ma famille ?

    Oui, car vous pouvez ramener des fibres d’amiante à la maison, sur vos vêtements, vos cheveux ou votre corps. Votre famille peut inhaler cette poussière d’amiante. Vous devez respecter des règles simples de protection et de décontamination à la fin du chantier. Elles concernent aussi bien les outils que vous-même. 

  • Quand on est exposé à l'amiante, a-t-on un suivi médical particulier en médecine du travail ?

    Oui, tout travailleur affecté à un poste exposant à l’amiante fait l’objet d’un suivi individuel renforcé, auorès de son service de santé au travail (médecin du travail, infirmier en santé au travail, …). Le médecin du travail décide le contenu de ce suivi en fonction des particularités de chaque situation.
    Si vous êtes travailleur indépendant, parlez-en à votre médecin traitant qui vous orientera pour que ce suivi soit effectué.

     
  • Je crains d'être atteint d'une maladie liée à l'amiante. Que dois-je faire ?

    Il faut tout d’abord en parler à votre médecin du travail ou votre médecin traitant qui, en cas de besoin, fera réaliser des examens complémentaires.

  • Je ne travaille plus dans ce secteur professionnel à risque (changement d’activité ou retraite). Que dois-je faire ?

    Si vous êtes toujours en activité professionnelle, vous devez informer votre nouveau médecin du travail que vous avez été exposé à l’amiante. Il décidera du suivi médical le plus adapté.

    Si vous êtes retraité, parlez-en à votre médecin traitant qui prendra le relais.

  • Je suis malade de l’amiante. Puis-je prétendre à une indemnisation ?

    Si vous êtes salarié, vous pouvez demander une reconnaissance en maladie professionnelle (auprès de la caisse primaire d’assurance maladie)

    Que vous soyez salarié ou travailleur indépendant, vous pouvez demander une indemnisation au FIVA (fonds d’indemnisation des victimes de l’amiante).

Je prépare mon chantier

  • Comment savoir où se trouve l'amiante dans un bâtiment ?

    Le propriétaire ou l'exploitant (donneur d’ordre) doit réaliser un repérage avant travaux et vous le transmettre. Vous pouvez également consulter des documents comme le dossier technique amiante (DTA), le dossier amiante partie privatives (DA-PP), le constat amiante avant-vente, les documents établis lors de la construction (devis, avis techniques, etc.). Attention, ces documents de repérage ne sont parfois pas suffisants et ne permettent pas de déterminer la présence d’amiante qui n’est pas directement accessible.

  • Qu’est-ce que le dossier technique amiante (DTA) ?

    Le dossier technique amiante (DTA) est établi par le propriétaire ou l’exploitant du bâtiment sur la base des rapports de repérage effectués par un opérateur de repérage certifié. Ce document concerne tous les bâtiments, et les parties privatives des immeubles d’habitation à l’exception des maisons individuelles. Il comporte notamment :

    • la localisation des matériaux contenant de l'amiante directement accessibles,
    • l’enregistrement de l’état de conservation de ces matériaux,
    • l’enregistrement des travaux de retrait et de confinement effectués,
    • des consignes de sécurité (procédures d’intervention et d’élimination des déchets),
    • une fiche récapitulative établie par le propriétaire ou l’exploitant.
  • Comment savoir si un matériau contient de l'amiante ?

    Il est impossible de déterminer à l’œil nu si un matériau contient de l’amiante. Une analyse, réalisée par un laboratoire accrédité, est nécessaire.

    Il existe des matériaux pour lesquels l’amiante a été très utilisé et dont vous devez particulièrement vous méfier : toitures et canalisations en amiante-ciment, dalles de sol, enduits, faux-plafonds, flocages, calorifugeages, joints, bardages.

  • Est-ce que j'ai le droit de travailler sur tous les types de matériaux contenant de l'amiante ?

    Pour tous les travaux de retrait ou d’encapsulage de matériaux amiantés (encoffrement, encapsulage, peinture, imprégnation…), l’entreprise intervenante doit obligatoirement être certifiée (activités dites de sous-section 3 – consultez le guide ED 6091).

    Pour les activités d’entretien et de maintenance (activités dites de sous-section 4), aucune certification n’est exigée. Il faut néanmoins respecter la réglementation spécifique amiante concernant la protection des travailleurs, notamment la formation obligatoire et l'élimination des déchets. Consultez le guide de prévention ED 6262 dédié aux interventions sur matériaux amiantés en sous-section 4.

    Pour des activités d’entretien et de maintenance sur des flocages et des calorifugeages, vous ne pouvez pas employer des salariés à contrat à durée déterminée, ainsi que des salariés temporaires.

    Les jeunes de moins de 18 ans peuvent être affectés, sous conditions, à des opérations susceptibles de générer un niveau d’empoussièrement 1 mais pas à des niveaux d’empoussièrement 2 et 3.

  • Je n'ai pas réussi à obtenir d'information et j'ai un doute sur la présence d'amiante. Que dois-je faire ?

    En cas de doute, considérez que les matériaux sont susceptibles de contenir de l’amiante : prenez donc les précautions nécessaires.

  • Quelles sont les opérations qui vont dégager beaucoup de fibres d'amiante ?

    Le tronçonnage d’amiante ciment, par exemple, est une intervention particulièrement polluante. Le perçage d’un trou dans un flocage ou un enduit plâtre-amiante, toute intervention sur du matériel installé dans un local floqué, le déplacement de plaques de faux plafond amianté libèrent des fibres d'amiante... L’application Scolamiante permet d’évaluer les niveaux d’empoussièrement à priori du processus mis en œuvre.

  • Comment faire pour limiter la quantité de poussières d'amiante ?

    Pour limiter l’émission de poussières d’amiante, il convient d’humidifier le matériau, d’utiliser un outil manuel ou un outil à vitesse lente relié à un aspirateur à filtre absolu (à très haute efficacité).

  • Comment me protéger ?

    Dans tous les cas, vous devez porter un vêtement de protection à usage unique à capuche (de type 5) et un masque de protection respiratoire adapté selon le niveau d’empoussièrement (niveau de protection P3) et adopter un mode opératoire permettant de limiter l'émission de poussières.

  • Comment protéger les occupants des locaux ?

    Au minimum, vous devez isoler votre zone de travail puis protéger les locaux par la pose de bâches plastiques sur le sol ou les parois. Les mesures à prendre dépendent ensuite de la nature des travaux.

  • Faut-il du matériel spécifique ?

    Oui, un aspirateur à filtre à très haute efficacité (dit filtre « absolu »). Il pourra être relié à un outil mécanique, et servira à nettoyer le chantier en fin d’intervention.

    Certaines interventions qui dégagent beaucoup de poussières peuvent nécessiter la mise en place de sas de décontamination, de confinement de la zone d’intervention et d’extracteurs d’air.

  • Faut-il une préparation particulière pour mon matériel d’intervention habituel ?

    Il ne faut pas que les équipements habituellement utilisés puissent être pollués par les fibres d’amiante. Si vous devez utiliser un échafaudage, bouchez tous les orifices. Vous devez choisir des outils facilement décontaminables à la fin de l’intervention. Sinon, vous devez protéger vos outils à l’aide d’un film plastique.

Je réalise mon chantier

  • Quelle est la première chose à faire lorsque j’arrive sur un chantier avant de débuter les travaux?

    Vous devez interdire l’accès à la zone de travail à toute personne étrangère à l’intervention.

  • Comment travailler pour limiter les poussières ?

    Vous devez humidifier le matériau et travailler avec un outil manuel ou un outil à vitesse lente relié à un aspirateur à filtre à très haute efficacité

  • Comment me protéger ?

    Dans tous les cas, vous devez porter un vêtement de protection à usage unique à capuche (de type 5) et un masque de protection respiratoire adapté selon le niveau d’empoussièrement (niveau de protection P3) et adopter un mode opératoire permettant de limiter l'émission de poussières.

  • Comment protéger les occupants des locaux ?

    Au minimum, vous devez isoler votre zone de travail puis protéger les locaux par la pose de bâches plastiques sur le sol ou les parois. Les mesures à prendre dépendent ensuite de la nature des travaux.

  • Que faire en fin de journée si mon chantier n'est pas terminé ?

    Vous devez conditionner les déchets de la journée dans un double emballage avec des sacs spéciaux prévus pour les déchets amiantés. Vous devez nettoyer la zone de travail à l’humide à l’aide d’un chiffon ou d’une serpillière (qui seront ensuite éliminés avec les autres déchets du chantier contenant de l’amiante) ou à l’aide d’un un aspirateur à filtre à très haute efficacité. Vous devez interdire l’accès à la zone d’intervention.

  • Comment dépolluer mon matériel ?

    Vous devez laver ou essuyer votre matériel avec un chiffon humide. Passez l’aspirateur à filtre à très haute efficacité.

  • Que faire de mes déchets ?

    Les déchets contenant de l’amiante doivent être triés en fonction de leur nature :

    • Les combinaisons, masques, filtres et bâches plastiques, les chiffons et les débris poussiéreux doivent être mis avec les déchets d’amiante libre. Ils sont à emballer dans un sac plastique, doublé ou placé dans un grand récipient pour vrac, fermé et scellé. Ces sacs sont disponibles auprès de vos fournisseurs d'équipements.
    • Les plaques ou les conduits d’amiante ciment sont placés sur des palettes et entourées deux fois d’un film plastique.
    • Les dalles vinyle amiante ou autres déchets d’amiante sont placés dans un sac plastique fermé, doublé ou placé dans un grand récipient pour vrac.

    L’étiquette ci-contre doit être apposée sur tout emballage de déchets contenant de l’amiante.

    Un bordereau de suivi des déchets amiantés (BSDA) est établi pour chaque catégorie de déchets (consulter le guide  ED 6028). Les déchets sont ensuite confiés, suivant leur nature, à une installation d’élimination spécialisée vous ayant préalablement délivré un certificat d’acceptation préalable (CAP) (contactez les organisations professionnelles de votre région pour les connaître).

Mes responsabilités de chef d'entreprise

  • Suis-je obligé de m'informer sur la présence d'amiante ?

    Oui. C’est une obligation réglementaire.

    Le propriétaire ou le donneur d’ordre doit également vous informer sur la présence d’amiante dans le bâtiment et vous remettre, s’il est concerné, le rapport de repérage avant travaux de la zone correspondant à l’intervention, dossier technique amiante (DTA), le dossier amiante – parties privatives (DAPP).

  • Quelles sont mes obligations avant de démarrer un chantier ?

    Vous devez procéder à l’évaluation des risques de l’intervention. Ce qui vous permettra de définir les méthodes de travail à employer, les outils et les équipements de protection à utiliser. Vous devez évaluer le niveau d’empoussièrement du processus grâce à l’application Scolamiante et rédiger un mode opératoire qui doit être transmis à l’inspection du travail et aux organismes de prévention.

  • Si je suspecte la présence d’amiante dans un bâtiment, qui dois-je prévenir ?

    Vous avez l’obligation d’en informer le propriétaire, qui l’inscrira dans le dossier technique amiante s’il existe.

  • Une formation est-elle nécessaire pour mes salariés ?

    Oui, bien sûr. Un texte réglementaire précise le contenu et la durée de cette formation (arrêté du 23 février 2012). Les personnes intervenantes doivent disposer d’une attestation de compétence, validant les acquis de cette formation, en cours de validité.

  • Y-a-t-il des salariés que je ne peux pas employer pour travailler sur des matériaux contenant de l'amiante ?

    Oui. Pour des activités d’entretien et de maintenance sur des flocages et des calorifugeages, vous ne pouvez pas employer des salariés à contrat à durée déterminée, ainsi que des salariés temporaires.

    Les jeunes de moins de 18 ans peuvent être affectés, sous condition, à des opérations susceptibles de générer un niveau d’empoussièrement 1 mais pas à des niveaux d’empoussièrement 2 et 3.

  • Dois-je faire un suivi de mes salariés ?

    L’employeur doit établir une fiche d’exposition pour chacun de ses salariés susceptibles d’être exposé à de l’amiante. Cette fiche est transmise au médecin du travail de l’entreprise. Les travailleurs exposés à l’amiante bénéficient d’une surveillance médicale renforcée. Le contrôle du respect de la valeur limite d’exposition professionnelle doit être réalisé.

Mis à jour le 11/08/2017