Accès rapides :
DOSSIER :

Perturbateurs endocriniens

Sommaire du dossier

Vous êtes ici :

  1. Accueil
  2. Risques
  3. Perturbateurs endocriniens
  4. Travaux de l'INRS (rubrique sélectionnée)

Travaux de l’INRS

Ressources internes et externes

L’INRS mène des études expérimentales et épidémiologiques pour mieux connaitre les effets toxicologiques de certaines substances suspectées d’être des perturbateurs endocriniens. L’objectif est aussi de repérer les situations professionnelles à risque d’exposition et de conduire des études de métrologie et de biométrologie pour mesurer l’exposition des travailleurs aux perturbateurs endocriniens avérés ou soupçonnés.

  • Plusieurs études expérimentales ont été réalisées pour connaitre les effets sur la reproduction de certains phtalates. Une étude de biométrologie chez des salariés exposés au phtalate de di-(2-éthylhexyle (DEHP) a permis de repérer les domaines les plus exposants et de proposer des valeurs guides biologiques.  Une étude de biométrologie a été également été réalisée pour évaluer l’imprégnation des salariés phtalate de di-isononyle (DiNP) dans des entreprises de PVC. Une étude épidémiologique est en cours pour évaluer les effets du DiNP sur les concentrations sanguines de testostérone (hormone impliquée dans la fertilité masculine)
    • Saillenfait AM, Gallissot F, Sabate JP, Remy A: Prenatal developmental toxicity studies on diundecyl and ditridecyl phthalates in Sprague-Dawley rats. Reprod Toxicol 2013, 37:49-55.
    • Saillenfait AM, Roudot AC, Gallissot F, Sabate JP: Prenatal developmental toxicity studies on di-n-heptyl and di-n-octyl phthalates in Sprague-Dawley rats. Reprod Toxicol 2011, 32(3):268-276.
    • Saillenfait AM, Roudot AC, Gallissot F, Sabate JP, Chagnon MC: Developmental toxic potential of di-n-propyl phthalate administered orally to rats. Journal of applied toxicology : JAT 2011, 31(1):36-44.
    • Gaudin RM, P ; Ndaw S ; Robert, A: Surveillance biologique de l'exposition au phtalate de di-(2-éthylhexyle) (DEHP) dans six entreprises françaises. Références en Santé au Travail 2013, 133 (mars 2013. TF 205).
       
  • Le bisphénol A (BPA), présent dans les tickets thermiques, a fait l’objet de plusieurs études à l’INRS. L’une a permis de confirmer et de quantifier le passage du BPA à travers la peau. Une autre étude de biométrologie a mis en évidence une augmentation significative de l’excrétion urinaire de BPA chez les agents de caisse manipulant des tickets thermiques.
    • Marquet F, Payan JP, Beydon D, Wathier L, Grandclaude MC, Ferrari E: In vivo and ex vivo percutaneous absorption of [14C]-bisphenol A in rats: a possible extrapolation to human absorption? Archives of toxicology 2011, 85(9):1035-1043.
    • Ndaw S., Remy A. , Jargot D., Robert A. : Occupational exposure of cashiers to Bisphenol A via thermalpaper: urinary biomonitoring study, Int Arch Occup Environ Healt, 2016
    • Ndaw SJ, Jargot D: Exposition des agents de caisse au bisphénol A lors de la manipulation de papiers thermiques. Hygiène et Sécurité du travail 2015, juin(239):66-69.
       
  • Des études toxicologiques sont en cours pour évaluer la toxicité prénatale sur le testicule de rats de certains insecticides pyréthrinoïdes.
    • Saillenfait AM, Ndiaye D, Sabate JP: Pyrethroids: exposure and health effects--an update. International journal of hygiene and environmental health 2015, 218(3):281-292.
       
  • Un bilan des besoins d’études épidémiologiques sur les perturbateurs endocriniens en milieu de travail et sur l’identification des perturbateurs endocriniens prioritaires a été réalisé en 2013.  Cela a permis de prioriser certains perturbateurs endocriniens, comme les phtalates, le BPA et des substances utilisées particulièrement dans l’industrie des cosmétiques (parabènes, 4-nonylphénol, filtres UV) et de cibler les études sur certains secteurs d’activité.
  • Des études sont en cours pour la mise au point de techniques analytiques de mesure des perturbateurs endocriniens dans l’atmosphère (mycotoxines type zéaralénone, phtalates, ..) ou dans les milieux biologiques (phtalates, bisphénols, ..).
     
  • L’INRS met également au point et valide des méthodes d’évaluation de l’exposition professionnelle à des substances chimiques, notamment des perturbateurs endocriniens. Ces méthodes fournissent des modes opératoires de prélèvement et d’analyse dans l’air (fiches MétroPol : zéaralénone, phtalates), ou dans les milieux biologiques (fiches Biotox : phtalate de di-(2-éthylhexyle (DEHP), bisphénol A, etc.) L’INRS met aussi à disposition des outils tels que les bases de données Fiches Toxicologiques et DEMETER. Les fiches de ces bases mentionnent, le cas échéant, les effets de type perturbateurs endocriniens.

 

Pour en savoir plus
Mis à jour le 24/05/2016