Accès rapides :
DOSSIER :

Perturbateurs endocriniens

Sommaire du dossier

Vous êtes ici :

  1. Accueil
  2. Risques
  3. Perturbateurs endocriniens
  4. Définition – Mécanismes d’action (rubrique sélectionnée)

Définition – Mécanismes d’action

Le système endocrinien

Le système hormonal (ou endocrinien) est constitué de glandes (thyroïde, ovaires, testicules, hypophyse, pancréas, etc.) qui sécrètent des hormones (œstrogènes, testostérone, insuline…). Ces hormones sont libérées dans la circulation sanguine et jouent des rôles clés dans de nombreuses fonctions essentielles de l’organisme : développement du fœtus et de l’enfant, reproduction, métabolisme, régulation de la glycémie, etc.

 

Les perturbateurs endocriniens

La définition des perturbateurs endocriniens fait encore aujourd’hui l’objet de débats au niveau international. Cependant, celle qui a été proposée par l’Organisation mondiale de la santé en 2002 est la plus communément admise : 

« Un perturbateur endocrinien (PE) désigne une substance ou un mélange exogène qui altère les fonctions du système endocrinien et induit en conséquence des effets nocifs sur la santé d’un organisme intact (ou) de ses descendants… ».

(Voir le rapport State of the science of endocrine disrupting chemicals - 2012 - OMS)

Mécanismes d’action

Les perturbateurs endocriniens agissent selon trois mécanismes principaux. Ils peuvent :

  • Imiter l’action d’une hormone et provoquer des réactions inopportunes de l’organisme,
  • Bloquer l’action d’une hormone en l’empêchant d’agir sur ses cellules cibles,
  • Perturber la production, le transport, l’élimination ou la régulation d’une hormone ou de son récepteur.


Les perturbateurs endocriniens présentent d’autres particularités. A la différence des substances toxiques « classiques », les effets engendrés par les perturbateurs endocriniens ne semblent pas nécessairement liés à la dose reçue par un individu. Certains effets apparaîtraient à faibles doses, diminueraient lorsque l’on accroît les doses et augmenteraient à nouveau pour des doses élevées. C’est ce que l’on appelle une relation dose-réponse non monotone.

Par ailleurs, les effets des mélanges de perturbateurs endocriniens apparaissent complexes. L’exposition à un mélange de plusieurs perturbateurs endocriniens pourrait avoir des effets très différents de l’exposition aux substances seules. On parle alors d’« effets cocktail ».
 

Perturbateur endocrinien ou pas

Toutes les substances qui ont une activité endocrinienne ne sont pas forcément qualifiées de perturbateurs endocriniens. Le système hormonal dispose en effet de mécanismes de régulation qui permettent à l’organisme de corriger certaines modifications hormonales. Le terme de perturbateurs endocriniens ne concerne que les substances entraînant un effet nocif ou une pathologie pour l’organisme humain.
 

Il faut également souligner que toutes les substances toxiques pour la reproduction ne sont pas nécessairement des perturbateurs endocriniens. C’est le cas par exemple de certains solvants (éther de glycol ou éthanol) qui ont une action toxique directe sur les organes de la reproduction, mais n’interagissent pas avec le système endocrinien. Ils n’appartiennent donc pas à la catégorie des perturbateurs endocriniens.

 Pour en savoir plus
Mis à jour le 22/01/2015