Acces rapides :
Dossier :

Travail à la chaleur

Sommaire du dossier

Vous êtes ici :

  1. Accueil
  2. Risques
  3. Chaleur
  4. Accidents et effets sur la santé (rubrique sélectionnée)

Accidents et effets sur la santé

L’exposition à la chaleur peut être à l’origine de troubles sérieux chez un individu, tels que des crampes, la déshydratation ou l’épuisement. Le risque le plus grave est le coup de chaleur pouvant aller jusqu’au décès.

En effet, la température corporelle de l’homme doit demeurer constante, quel que soit son environnement thermique. Les mécanismes de régulation permettant ce maintien de la température peuvent être débordés, notamment en période caniculaire.

Mécanismes de régulation thermique

Afin de se protéger de la chaleur, l’organisme met en œuvre des mécanismes comportementaux : éviter la chaleur, choisir des vêtements légers, adapter l’alimentation et la boisson… L’organisme dispose également de mécanismes physiologiques (dits de thermorégulation) qui permettent d’évacuer la chaleur : transpiration, augmentation du débit sanguin au niveau de la peau (dilatation des vaisseaux cutanés)…

De plus, sous l’effet d’expositions répétées ou prolongées, l’organisme acquiert une meilleure tolérance à la chaleur : c’est le phénomène d’acclimatation ou acclimatement. Le phénomène de transpiration devient plus efficace, les risques de déshydratation diminuent, le coût cardiovasculaire baisse… L’acclimatement, qui réduit les risques liés à la chaleur, est généralement obtenu en 8 à 12 jours.

Toutefois, il n’est que transitoire puisqu’il s’atténue puis disparaît totalement 8 jours après l’arrêt de l’exposition à la chaleur.

Cependant, si la température extérieure est trop élevée, ces mécanismes de régulation thermique perdent en efficacité. L’organisme peut alors courir de graves dangers.

Travail à la chaleur et santé

Les risques principaux sont le coup de chaleur et la déshydratation.
La chaleur peut également agir comme révélateur ou facteur aggravant de pathologies préexistantes, essentiellement cardiorespiratoire, rénale, endocrinienne (diabète…).

Effets sur la santé et niveaux de gravité d’une exposition à la chaleur

  • Niveau 1 : rougeurs et douleurs, œdème, vésicules, fièvre, céphalées.
  • Niveau 2 : crampes de chaleur ou spasmes douloureux (jambes et abdomen), transpiration entraînant une déshydratation, syncope de chaleur (perte de connaissance soudaine et brève, survenant après une longue période d’immobilité ou lors de l’arrêt d’un travail physique dur et prolongé).
  • Niveau 3 : épuisement, (forte transpiration, froideur et pâleur de la peau, pouls faible, température normale).
  • Niveau 4 : coup de chaleur (température corporelle supérieure à 40,6 °C, peau sèche et chaude, pouls rapide et fort, perte de conscience possible), décès possible par défaillance de la thermorégulation.

Coup de chaleur, une urgence vitale

Le coup de chaleur peut survenir en cas d’exposition prolongée à des températures élevées. Le coup de chaleur est rare mais grave : il est mortel dans 15 à 25 % des cas.

Signes d’alerte d’un coup de chaleur

  • Symptômes généraux
    • Hyperthermie : température interne supérieure à 40,6 °C
    • Tachycardie : pouls rapide
    • Respiration rapide
    • Maux de tête
    • Nausées, vomissements
  • Symptômes cutanés
    • Peau sèche, rouge et chaude
    • Absence de transpiration
  • Symptômes neurosensoriels
    • Confusion, comportement étrange, délire, voire convulsions
    • Perte de connaissance éventuelle
    • Pupilles dilatées

Dès que ces signes d’alerte sont détectés chez un travailleur exposé à la chaleur, il faut agir rapidement. Le premier réflexe du collègue ou du secouriste doit être d’alerter ou faire alerter les secours extérieurs : Samu (15) ou pompiers (18).

Premiers gestes de secours en cas de coup de chaleur

  • Alerter ou faire alerter les secours,
  • Amener la victime dans un endroit frais et bien aéré (si elle peut être déplacée),
  • La déshabiller ou desserrer ses vêtements,
  • Appliquer de l’eau froide sur la victime,
  • Si la victime est consciente, lui faire boire de l’eau fraîche,
  • Si la victime est inconsciente mais respire, la mettre en position latérale de sécurité, en attendant les secours après mise en route des premières mesures de secourisme.

Les vagues de chaleur sont généralement associées à une élévation de la mortalité dans la population. Il s’agit des personnes les plus sensibles à la chaleur, notamment les nourrissons, les personnes âgées, les personnes atteintes d’un handicap ou d’une maladie chronique, les sportifs… Les travailleurs effectuant des tâches physiques pénibles sont également concernés.

En août 2003, lors de la canicule exceptionnelle qui a touché la France, 15 décès probables par coup de chaleur ont pu être dénombrés en milieu professionnel, pour le régime général de la Sécurité sociale, principalement dans le secteur du bâtiment et des travaux publics. Ces données mettent en lumière les effets d’une activité physique intense par temps de canicule, y compris chez les personnes jeunes.

Risques d’accident du travail

Un outil qui glisse des mains lorsqu’elles sont moites, la transpiration qui gêne la vue… : la chaleur peut ainsi entraîner des altérations fonctionnelles et générer des risques pour la sécurité.

Lors de l’exposition à la chaleur, des effets psychologiques sont également relevés comme l’augmentation du temps de réaction, des erreurs ou omissions. Il est toujours plus difficile d’effectuer une tâche demandant de la précision et plus risqué de réaliser une tâche demandant un effort physique important dans une ambiance très chaude.

Pour en savoir plus
Mis à jour le 04/09/2014