Travailleur handicapé

Prévention, maintien et insertion

Augmenter la taille des caractères Diminuer la taille des caractères

Envoyer à un ami

Imprimez la page

Ajouter à ma sélection

Contacter l'INRS

Un travailleur handicapé à son poste de travail adapté

Le handicap ne doit pas empêcher un salarié d’accéder à un emploi, ni d’évoluer professionnellement. Ce principe que pose la loi nécessite chaque fois que possible d’aménager la situation de travail des travailleurs handicapés. La prévention des risques professionnels doit, elle, prendre en compte les risques spécifiques qui pourraient les concerner. Insertion et prévention des risques professionnels ont beaucoup en commun.

La loi affirme plusieurs grands principes concernant le handicap et le travail : parmi eux, l’obligation d’emploi des travailleurs handicapés pour les entreprises de 20 salariés au moins, la non-discrimination, l’obligation de négocier des mesures relatives à l’insertion professionnelle ou encore l’accessibilité généralisée.

Prévention des risques pour tous

La prévention des risques professionnels vise, d’une part, à limiter l’apparition des accidents du travail et de handicaps et, d’autre part, à améliorer les conditions de travail de tous en prenant en compte les situations particulières dont celles des travailleurs handicapés.

Démarche de prévention des risques professionnels, insertion ou maintien dans l’emploi des personnes handicapées : il est naturel de faire autant que possible coïncider ces différentes dimensions qui interagissent, associent en partie les mêmes acteurs et font appel à des méthodologies d’action similaires (études de postes, concertation, négociation, sensibilisation).

Si les enjeux et les intérêts diffèrent selon les acteurs concernés, ils doivent cependant bénéficier à l’ensemble de l’entreprise : satisfaction de l’obligation d’emploi, amélioration des conditions de travail, lutte contre l’exclusion ou encore prévention de la désinsertion professionnelle…

Mettre en place une démarche pluridisciplinaire

À partir des résultats de l’évaluation des risques professionnels qu’est tenu de mener l’employeur, et de l’étude des postes accueillant des personnes handicapées, un plan d’actions de prévention intégrant prévention collective et prévention individuelle peut être ainsi défini. Pour être efficace, cette approche doit être pluridisciplinaire et associer à la fois l’employeur, le(s) salarié(s) concerné(s) et le service de santé au travail, ainsi que les représentants du personnel, le CHSCT, la CARSAT/CRAM ou CGSS (service Prévention des risques professionnels, service social) et les organismes spécialisés dans le handicap.

Aménager les situations de travail des travailleurs handicapés

Une situation de handicap au travail est toujours spécifique : elle est liée aux contraintes d’un poste particulier et aux capacités d’une personne. Il est généralement possible d’aménager la situation de travail afin d’atténuer le retentissement du handicap. Par exemple, à son poste de travail, le handicap d’une personne malentendante peut être atténué lorsque les informations nécessaires sont délivrées visuellement. L’expérience montre que les aménagements réalisés sont bénéfiques à tous.

En fonction des situations rencontrées, les actions de prévention et d’aménagement des postes peuvent porter sur :

  • l’amélioration de l’accessibilité des bâtiments (idéalement dès la conception des locaux),
  • l’aménagement des postes de travail,
  • l’organisation du travail,
  • l’adaptation des consignes de sécurité,

L’expérience montre que l’aménagement des postes de travail particuliers participe généralement à l’amélioration globale des conditions de travail.

Mis en ligne le 19 septembre 2011

Haut de page

Page extraite du site www.inrs.fr Copyright © INRS