Froid

Travailler dans des ambiances froides

Augmenter la taille des caractères Diminuer la taille des caractères

Envoyer à un ami

Imprimez la page

Ajouter à ma sélection

Contacter l'INRS

Travail au froid et à l'humidité dans le secteur de l'ostréiculture

Entrepôts frigorifiques, chambres froides, travaux en extérieur en hiver… De nombreuses situations professionnelles exposent les salariés au froid, naturel ou artificiel. Cette exposition directe au froid présente des risques pour la santé des travailleurs. Il favorise également la survenue d’accidents. Lorsque la température ambiante est inférieure à 5° C, la vigilance s’impose. La prévention la plus efficace consiste à éviter ou à limiter le temps de travail au froid.

Environ 100 000 personnes travaillent en ambiances froides (températures inférieures à 10 °C), principalement dans l’industrie alimentaire. Il s’agit soit de manutentionnaires, soit d’opérateurs affectés à la transformation du produit (découpe ou préparation). Ils travaillent en chambre climatisée (0 à 10 °C) ou en chambre froide (- 30 à 0 °C).

Durant l’hiver, les travaux en extérieur (BTP, transport, travaux agricoles…) peuvent exposer les salariés à des températures très basses. Le froid peut également constituer un risque important pour les professionnels exerçant leur activité dans certaines conditions particulières, comme le travail en altitude ou le travail sous l’eau (plongeurs).

Échelle des expositions au froid naturel ou artificiel

Échelle des expositions au froid naturel ou artificiel

 

Effets du froid

Fatigue accrue, perte de dextérité… Le froid peut avoir des répercussions sur la qualité du travail et provoquer directement ou indirectement des accidents (glissades, perte de dextérité…). Les effets sur la santé peuvent concerner le corps dans son ensemble ou seulement les parties exposées, des simples engourdissements jusqu’aux gelures.

L’effet d’ordre général le plus sérieux est l’hypothermie. Il survient lorsque l’individu ne parvient plus à réguler sa température interne. Ses conséquences peuvent s’avérer dramatiques : troubles de la conscience, coma, décès.

Le travail au froid augmente également les risques de troubles musculosquelettiques.

Prévenir les risques liés au froid

Des mesures de prévention adaptées permettent de réduire le nombre d’accidents et de troubles liés au travail au froid. Les mesures les plus efficaces consistent à éviter ou à limiter le temps de travail au froid. À défaut, il convient, entre autres mesures, d’organiser le travail, de fournir des équipements de travail adaptés et d’aménager les locaux de pauses chauffés.

Pour se protéger du froid, il est préférable de porter plusieurs couches de vêtements plutôt qu’un seul vêtement épais

Pour se protéger du froid, il est préférable de porter plusieurs couches de vêtements plutôt qu’un seul vêtement épais

 

Le salarié, qui doit être informé des risques qu’il encourt, peut également agir en adoptant une protection vestimentaire adéquate, en choisissant une alimentation adaptée ou encore en surveillant sa condition physique.

Mis en ligne le 18 septembre 2012

Haut de page

Page extraite du site www.inrs.fr Copyright © INRS