Accès rapides :
Dossier :

Travail sur écran

Sommaire du dossier

Vous êtes ici :

  1. Accueil
  2. Risques
  3. Travail sur écran
  4. Ce qu'il faut retenir (rubrique sélectionnée)

Ce qu'il faut retenir

Travailler intensivement devant un écran de visualisation peut engendrer des troubles de la santé tels que fatigue visuelle, troubles musculosquelettiques et stress. Les facteurs de risque à l’origine de ces troubles sont biomécaniques (posture statique prolongée et contraignante, répétitivité des gestes, …), organisationnels (durée journalière, travail intensif, absence de pause, …) et psychosociaux (stress, charge mentale, …). Il est possible de limiter ces troubles en intervenant sur l'organisation du travail, l'affichage à l’écran, l’implantation et l'aménagement du poste de travail, les dispositifs d'entrée (clavier, souris…) et les logiciels.

Les principales recommandations ergonomiques sont de choisir un écran mat avec un affichage des caractères sur fond clair L’écran doit être disposé perpendiculairement aux fenêtres, avec le haut du moniteur réglé à la hauteur des yeux (excepté pour les porteurs de verres progressifs) et le bord du clavier situé à 10-15 cm du bord du plan de travail. En ce qui concerne l’organisation du travail, il est recommandé d'alterner les postures et les phases d’appui et de non appui des poignets sur le plan de travail lors de la frappe au clavier, la souris devant être la plus proche possible du salarié,  et de faire une pause active toutes les heures si le travail devant l’écran est intensif.

Données statistiques

Les ordinateurs sont devenus un élément incontournable de notre environnement de travail. Ainsi, en France en 2013, sur presque 23 000 salariés interviewés dans le cadre de l’enquête conditions de travail de la DARES, 71 % étaient utilisateurs d’informatique. Dans cette population, les cadres et professions intellectuelles supérieures (98,8 %) et les professions dites intermédiaires (92,4 %) sont majoritaires. Cependant, la proportion concernée dans les catégories « employés » et « ouvriers » a bien augmenté avec respectivement pour les employés une proportion passant de 53,5 % en 2005 à 64% en 2013 ; et pour les ouvriers de 26,2  % en 2005 à 34,8 % en 2013.

Mis à jour le 04/06/2019