Accès rapides :

Lombalgie

Sommaire du dossier

Vous êtes ici :

  1. Accueil
  2. Risques
  3. Lombalgies
  4. Ce qu'il faut retenir (rubrique sélectionnée)

Ce qu’il faut retenir

Les lombalgies sont des symptômes douloureux et invalidants en phase aiguë. Ces signes sont sans rapport avec une éventuelle pathologie et disparaissent en quelques jours pour la majorité et en moins d'un mois pour la quasi-totalité des lombalgiques.

Les préconisations de tous les consensus de soins actuels sont d'écarter les rares pathologies sous-jacentes (drapeaux rouges) pour prôner le maintien d'une activité physique adaptée garante d’une meilleure guérison du lombalgique.

La prévalence élevée des lombalgies (60 à 70 % des salariés) s'explique par des facteurs de risque multiples liés au travail et à la vie de tous les jours (manutentions manuelles, vibrations du corps entier, travail physique dur, postures contraignantes et chutes).

Ces facteurs de risques existent dans de nombreuses professions. Ils sont à l'origine de durées d'arrêt longues, de difficultés de retour au travail et expliquent en partie l'augmentation des coûts liés aux lombalgies. Un accident du travail sur six provoque une lombalgie.

La prévalence, les coûts, la variété des facteurs de risques, l'importance pour le lombalgique de rester actif pour guérir mieux expliquent la nécessaire mise en place d'une prévention intégrée qui comporte à la fois la réduction des facteurs de risque pour tous et des possibilités d'adaptations pour les lombalgiques afin de limiter le risque de passage à la chronicité qui est source de handicap.

Les lombalgies représentent des défis pour :

  • le salarié qui doit être formé et informé des risques, des moyens de les réduire et à qui doit bénéficier de conditions favorables lui permettant de mettre en pratique ces savoirs dans sa situation de travail ;
  • l’acteur de prévention qui dans l'entreprise doit mettre en garde, évaluer, convaincre et engager des actions de prévention et créer des liens avec le monde des soins ;
  • l'entreprise qui doit dans son environnement économique réduire ses risques, éviter les plaintes et en cas d'accident permettre au salarié un retour adapté. En effet, le travail, activité et support social, est une aide à la guérison des lombalgiques.
  • le soignant qui, pour respecter les consensus de soins, doit tenir un discours complexe ; sans connaître l’origine de la lombalgie, sans remède efficace il doit pourtant redonner confiance au lombalgique, lui dire que sa douleur est sans gravité et que le meilleur moyen de la soigner est de rester actif. Il doit accompagner le retour au travail de son patient en collaboration avec le service de santé au travail (SST) de l'entreprise.
Pour en savoir plus
Mis à jour le 10/03/2015