Acces rapides :
DOSSIER :

Fibres autres que l’amiante

Sommaire du dossier

Vous êtes ici :

  1. Accueil
  2. Risques
  3. Fibres autres que l'amiante
  4. Ce qu’il faut retenir (rubrique sélectionnée)

Ce qu’il faut retenir

Les fibres sont utilisées dans de très nombreux secteurs d’activité mais les données les concernant sont bien souvent parcellaires. Ce dossier propose un point des connaissances disponibles sur certaines fibres autres que l'amiante : fibres naturelles ou synthétiques, organiques ou inorganiques. Leurs caractéristiques, leurs utilisations, leurs dangers pour la santé, les niveaux d'exposition rencontrés aux postes de travail et les mesures de prévention à mettre en œuvre sont ainsi abordés.

Le terme fibre désigne une particule allongée dont la longueur est au moins trois fois supérieure au diamètre. Les fibres peuvent être classées selon leur nature chimique :

  • fibres minérales naturelles (wollastonite, sépiolite…)
  • fibres minérales artificielles (laine de verre, laine de roche, fibre céramique réfractaire, fibre d’alumine…)
  • fibres organiques naturelles (cellulose, coton, lin, soie…)
  • fibres organiques artificielles (viscose, acétate de cellulose…)
  • fibres synthétiques (aramides, polyester…)
     

Elles sont utilisées dans divers secteurs d’activités et pour de nombreuses applications : isolation phonique, thermique ou électrique, revêtements de sol ou de mur, étanchéité, industrie du papier, du textile, hygiène corporelle, emballage, traitements des déchets...
 

L’appareil respiratoire constitue la principale porte d’entrée dans l’organisme des fibres. Leur toxicité varie en fonction des éléments suivants : composition chimique, présence d’additifs (liants…), durée de rétention dans les poumons (biopersistance), forme, dimension, capacité à migrer dans l’organisme…
 

Certaines fibres irritent la peau et/ou les muqueuses, provoquent des allergies cutanées ou respiratoires. Les fibres fines et longues sont les plus dangereuses : inférieures à 3,5 microns, elles peuvent être inhalées et pénétrer profondément dans le poumon y persister un certain temps, voire migrer vers d’autres organes.
 

Des expositions répétées à certaines fibres sont à l’origine de fibroses pulmonaires, d’insuffisance respiratoire, de plaques pleurales, voire à long terme de cancers, principalement au niveau du poumon et de la plèvre. La présence de fibres dans les cellules peut perturber les divisions cellulaires et entraîner des mutations de gènes.
 

La prévention des risques liés aux fibres repose sur la démarche générale de prévention des risques chimiques. L’exposition possible des salariés à des fibres classées comme CMR (fibres céramiques réfractaires par exemple), impose la mise en place de mesures plus strictes.

Mis à jour le 17/12/2014