Acces rapides :
Dossier :

Organisation des secours

Sommaire du dossier

Vous êtes ici :

  1. Accueil
  2. Démarches de prévention
  3. Organisation des secours
  4. Accident, malaise (rubrique sélectionnée)

Accident, malaise

Sauveteur secouriste du travail

 Un sauveteur secouriste du travail (ou SST) est un membre du personnel ayant reçu l’instruction nécessaire pour donner les premiers secours en cas d’accident ou de malaise, dans l’attente de l’arrivée des secours spécialisés.
Conformément à l’article R. 4224-15 du Code du travail, la présence de secouristes est obligatoire :

  • dans chaque atelier où sont effectués des travaux dangereux ;
  • dans chaque chantier occupant 20 personnes au moins pendant plus de 15 jours, où sont effectués des travaux dangereux.

Ces travailleurs formés au secourisme ne peuvent remplacer les infirmiers.

Rôle du sauveteur secouriste du travail

Le sauveteur secouriste du travail possède des connaissances et des réflexes lui permettant :

  • d’assurer sa propre protection, celle de la victime et des témoins, afin d’éviter un sur-accident ;
  • de maîtriser les gestes de premiers secours (réagir face à un saignement, une brûlure, un arrêt cardio-respiratoire…) ;
  • de savoir qui et comment alerter dans l’entreprise ou à l’extérieur de l’entreprise ;
  • de participer éventuellement à la mise en œuvre d’actions de prévention et de protection.
     

Quand survient un accident, l’intervention du sauveteur secouriste du travail est limitée :

  • dans le temps : son délai d’intervention se limite aux quelques minutes qui suivent l’accident jusqu’à l’arrivée des secours spécialisés auprès de la victime ;
  • dans l’espace : son domaine d’intervention est principalement l’entreprise. Mais comme tout autre citoyen, le Code pénal l’invite à porter secours à toute personne en danger, sans mettre sa propre vie en danger (article 223-6).

Formation des sauveteurs secouristes du travail

Comment se passe cette formation ?

L'enseignement est dispensé à partir d'un programme national défini par la Caisse nationale de l'assurance maladie des travailleurs salariés (CNAMTS) sur proposition de l'INRS.
La formation est assurée par un formateur SST certifié par le réseau d’Assurance maladie risques professionnels et l’INRS. Ce formateur peut appartenir à l’entreprise, à condition d’être habilitée, ou à un organisme de formation habilité par ce même réseau (La liste des organismes habilités à former des sauveteurs secouristes du travail).

Lors de leur formation, les sauveteurs secouristes du travail apprennent à maîtriser les gestes de premiers secours.


La durée minimale de formation est de 12 heures. A l’issue de l’évaluation, un certificat de sauveteur secouriste du travail est délivré au salarié. Il est valable 24 mois.


Les titulaires d’une unité d’enseignement « Prévention et secours civique de niveau 1 » (PSC1) de moins de 2 ans peuvent obtenir un certificat SST en suivant une formation passerelle complémentaire dispensée par l’entreprise ou un organisme de formation habilité.

Comment maintenir et actualiser ses compétences ?


Tous les 2 ans (24 mois de date à date), une mise à niveau des compétences SST du salarié est nécessaire. Ce recyclage est organisé sur une durée de 7 heures (depuis le 1er janvier 2013), durant laquelle les compétences du salarié sont de nouveau évaluées. Il permet d’actualiser et de maintenir ses compétences de SST pour une nouvelle durée de 24 mois.

Pour en savoir plus
Mis à jour le 21/01/2015