Accès rapides :

Conception des lieux et des situations de travail

Sommaire du dossier

Vous êtes ici :

  1. Accueil
  2. Démarches de prévention
  3. Conception des lieux et des situations de travail
  4. Ce qu’il faut retenir (rubrique sélectionnée)

Ce qu’il faut retenir

Conception des lieux et des situations de travail : ce qu’il faut retenir

Qu’il s’agisse de la construction d’un nouveau bâtiment, du réaménagement d’un local, de l’implantation d’une nouvelle machine ou encore de la réorganisation d’une ligne de production, la conception des lieux ou des situations de travail présente des enjeux majeurs en matière de santé et de sécurité. Intégrer la prévention des risques professionnels lors de ces phases en amont est toujours plus efficace et plus économique. Cela permet d’éviter l’apparition de problèmes difficilement réversibles qui ne pourront être atténués qu’au prix d’actions correctives, coûteuses et d’une efficacité limitée.

Des enjeux majeurs

La prévention des risques professionnels est toujours plus efficace et plus économique lorsqu'elle est intégrée en amont. C’est une des 8 bonnes pratiques de prévention. En effet, les actions correctives étant souvent d’une efficacité limitée et coûteuses, il est souhaitable de ne pas attendre l’apparition de situations irréversibles (éclairage naturel insuffisant, implantation équipements ou organisation des flux inadaptés à l’activité, sol glissant, moyens de protection non prévus ou inadaptés, accès difficile aux installations pour leur maintenance,……) pour essayer de les corriger. La conception de nouveaux lieux ou situations de travail représente ainsi un enjeu majeur en matière de prévention des risques professionnels.

 

Par « Conception des Lieux et des Situations de Travail » (CLST), il faut entendre un projet comprenant la construction d’un bâtiment ou son réaménagement partiel ou global. Les projets perçus comme de plus « petites dimensions » tels que l’implantation d’une machine, la réorganisation d’une ligne de production,… entrent également dans ce cadre.

 

La démarche de conception des lieux et des situations de travail proposée par le réseau prévention (INRS, CNAMTS, CARSAT et CGSS) est une action a priori, cherchant à prévenir la survenue de risques professionnels (prévention primaire) et à améliorer les conditions de travail avant la mise en place de nouvelles situations de travail.

Des objectifs et des moyens

Cette démarche vise à amener les responsables des projets et les concepteurs à intégrer la question de la qualité d’usage des espaces de travail lors de leur conception (création, aménagement ou réaménagement). Elle cherche, en particulier, à ce que les projets de conception prennent mieux en compte les besoins réels des utilisateurs vis-à-vis de leurs futures situations de travail.

Cette démarche s’appuie sur différentes méthodes qui permettent de mieux cerner les exigences de l’activité future « probable » de travail et de s’assurer que ces exigences soient prises en compte lors des différentes étapes de la conception (analyse des situations de travail de référence, simulation des futures conditions d’exécution…).

Par ailleurs, l’intégration de la prévention des risques professionnels repose également sur le respect des exigences dans les domaines techniques et réglementaires, l’application des normes existantes pouvant notamment contribuer à y répondre.

Concevoir un lieu de travail, c’est donc savoir adapter au mieux le projet à l’usage futur qui en sera fait.

3 principes fondamentaux

La démarche de conception des lieux et des situations de travail s’appuie sur trois principes :

 

  • Pluridisciplinarité et participation

Faire collaborer, dès la phase de programmation du projet, différentes disciplines : architecture, ingénierie, ergonomie, hygiène et sécurité, etc. Chercher à adapter le travail à l’homme en mettant en perspective les activités de travail futures probables implique par ailleurs d’associer les personnels concernés tout au long du projet.

Rappelons que le CHSCT ou, à défaut, les délégués du personnels doi(ven)t être consulté(s) pour tout projet d’extension ou de réaménagement important d’une situation de travail (art. L. 4612-8-1 et suivants du Code du travail).

 

  • Globalité

Prendre en compte simultanément l’ensemble des composantes du projet (technique, réglementaire, économique, humaine, sociale, etc.) ainsi que les différentes phases de vies du local (construction, exploitation, maintenance, démantèlement,…) et les activités associées. Prendre notamment en compte l’ensemble des risques liés aux circulations (piétons, engins de manutentions, VL, PL,…), aux ambiances physiques (éclairage, bruit, thermique, ventilation, etc.) aux manutentions, à l’utilisation de procédés spécifiques (chimique,...) à l’organisation du travail (isolement,…), etc.

 

  • Itérations

Procéder par itérations, c’est s’autoriser à revenir sur des choix antérieurs afin de les enrichir et de s’assurer de l’adaptation des solutions proposées aux usages réels (adaptation du travail à l’homme).

Des points clés incontournables

Lors de toute démarche de conception, certains points clés, listés ci-dessous, sont incontournables. S’ils ne sont pas pris en compte dès les premières phases du projet de conception, ils peuvent entraîner des conséquences souvent irréversibles.

Points clés

  • Optimiser les circulations de personnes et des produits afin de limiter les risques de collisions entre piétons, VL, PL, engins de manutention (voies de circulations dédiées, éviter les croisements de flux, éviter les dénivelés, choisir des revêtements de sol antidérapants, etc.). (Voir la brochure ED 975 ).
  • Organiser les espaces de travail afin de mettre en cohérence les exigences du travail avec l’organisation globale. (Voir les brochures ED 23 et ED 79).
  • Mettre en place des protections collectives contre les chutes de hauteur pour pouvoir intervenir en sécurité sur les toitures, sur les équipements en hauteur lors de leur entretien (acrotères, rambardes, escaliers, passerelles, plateformes, etc.) et sans avoir recours à des équipements de protection individuels. (Voir le dossier Chutes de hauteur ).
  • Privilégier l’éclairage naturel et compléter par un éclairage artificiel si besoin pour assurer un éclairage uniforme et adapté au travail et aux circulations (Voir les brochures ED 82 et ED 85).
  • Réduire les nuisances dues au bruit à la source, isoler les secteurs bruyant, créer des locaux non réverbérants (Voir le dossier Bruit et les brochures ED 773 - chapitre 1.2 et ED 950 - chapitre 5.1) .
  • Prévoir un système d’aération et d’assainissement permettant d’assurer la qualité de l’air dans les locaux (captage à la source, ventilation, filtration, limiter les vitesses d’air dans les zones de travail, éviter les courants d’air etc.). (Voir les brochures ED 695, ED 773 chapitre 1.1 et ED 950 chapitre 5.4 sur l'aération et l'assainissement).
  • Prévoir des aides mécaniques adaptées pour la manutention et le levage des produits (ponts roulants, niveleurs de quai, zones dédiées au stockage des produits et au stationnement des engins de manutention, etc.). (Voir le dossier Risques liés à l'activité physique).
  • Prévoir le stockage des produits dangereux et des déchets (bacs de rétention, hotte aspirante, zones séparées, espace de préparation, bennes de déchets accessibles, etc.). (Voir le dossier Risques chimiques).
  • Mettre à disposition des salariés des installations sanitaires, des espaces de restauration et de repos adaptés. Mettre à disposition des visiteurs et des clients des installations sanitaires (Voir la brochure ED 773 - chapitre 4.1 et ED 950 chapitre 9.1 sur les installations sanitaires).
Pour en savoir plus
Mis à jour le 19/09/2017
Un logiciel d’aide à la conception des lieux de travail