Accès rapides :

Troubles musculosquelettiques (TMS)

Sommaire du dossier

Vous êtes ici :

  1. Accueil
  2. Risques
  3. TMS Troubles musculosquelettiques
  4. Outils d’analyse des risques (rubrique sélectionnée)

Outils d’analyse des risques

De nombreux outils sont à disposition des acteurs de prévention pour les aider dans la démarche de prévention des TMS des membres. Toutefois, ces outils n'ont de sens que s'ils sont intégrés dans cette démarche.

Outils pour mobiliser

Check-list de l'OSHA : cet outil permet de savoir si un poste est à risque de TMS

La check-list prend en compte les facteurs de risque que sont la répétitivité, l'effort, la surpression cutanée, les amplitudes articulaires, les vibrations, l'environnement physique et l'organisation du travail. L'utilisateur de la check-list recherche la présence de ces facteurs de risque au poste de travail. La check-list indique le nombre de points assignés à chacun des facteurs de risque pour différentes durées d'exposition. Après avoir complété la check-list, l'utilisateur fait le total des points pour obtenir un score.

La phase d'intervention se fonde sur une démarche ergonomique. Celle-ci vise à transformer le travail pour maîtriser le risque de TMS. La mise en œuvre de cette démarche demande du temps. Elle nécessite également une collaboration entre les différents acteurs de l'entreprise et l'emploi de différents outils, spécifiques à chaque étape de la démarche.

Grille de d'identification de la charge physique : cet outil permet de hiérarchiser les situations de travail en fonction de leurs risques

La grille d'identification de la charge physique fait partie de la méthode d'analyse de la charge de travail. Elle comprend 2 parties. La première concerne la santé au travail (4 questions) et la gestion du personnel (3 questions). La seconde s'intéresse aux difficultés liées aux efforts physiques, au dimensionnement, aux caractéristiques temporelles, aux caractéristiques de l'environnement et à l'organisation. Chacun de ces 5 items comporte 5 questions.
Les réponses (croix) sont de type "non" (vert), "oui mais non critiques" (jaune) ou "oui et critiques" (rouge). Le total des croix est ensuite effectué par type de réponse.

Outils pour investiguer

Connaitre les risques

SALTSA : cet outil permet de recenser des pathologies du membre supérieur.

Le protocole européen SALTSA permet de repérer les TMS du membre supérieur (TMS-MS) en milieu de travail dès leurs signes les plus précoces. Grace à cet outil, 12 types de TMS-MS spécifiques ainsi qu'un syndrome général regroupant des TMS-MS dits non spécifiques mais constituant des indicateurs précoces de TMS-MS "en devenir", peuvent être diagnostiqués. Cet outil repose sur une démarche rigoureuse, conduisant si besoin à la réalisation de manœuvres cliniques standardisées. Ce protocole peut être mis en application lors des consultations de santé. Il peut aussi être utilisé comme outil de surveillance pour, par exemple, cibler des secteurs à risque à l'échelle d'un atelier.

Questionnaire "nordique" : cet outil permet de localiser les douleurs.

Le questionnaire "nordique" permet de recenser au cours des 12 derniers mois mais aussi des 7 derniers jours, des problèmes tels que courbatures; douleurs, gêne, engourdissement, au niveau des différentes zones du corps. Il permet aussi d'évaluer l'intensité du problème au moment du remplissage du questionnaire

Analyser les situations de travail et identifier les facteurs de risque

Questionnaire TMS : cet outil INRS permet de connaître le ressenti des salariés.

Le questionnaire TMS de l'INRS est utilisable dans tous les secteurs professionnels.
Il comporte 127 questions réparties en 5 chapitres : généralités sur les caractéristiques des salariés, plaintes de TMS, principaux symptômes de stress, facteurs psychosociaux et vécu du travail. Des scores sont établis à partir des réponses concernant les TMS, les symptômes de stress et les facteurs psychosociaux.

L'étude ergonomique des postes de travail se fonde sur une analyse du travail des salariés. Cette analyse consiste notamment à décrire la succession des actions qu'ils effectuent. L'étude ergonomique inclut également une étude détaillée des postes de travail (mesures de dimensionnement de poste) et de leur environnement physique (température, vibrations, niveau sonore, éclairage...). Le choix des postes à étudier et des données à recueillir doit être guidé par les informations obtenues lors des étapes précédentes.

Echelles de Borg : ces échelles permettent d’évaluer l’effort perçu

L’utilisation des échelles de Borg (RPE©® ou évaluation de la fatigue perçue, CR10©® ou évaluation catégorielle en dix niveaux) permettent de quantifier l’effort perçu d’une tâche ou l’état de fatigue d’un travailleur. Le RPE©® est plutôt utilisé pour évaluer une astreinte de l’ensemble du corps alors que le CR10©® est utilisé pour les astreintes locales (dos, bras, avant-bras)

Méthode d'analyse de la charge physique de travail : cette méthode institutionnelle permet de repérer les risques, de les analyser et d'orienter vers des solutions de prévention.

Elle fait appel aux principes ergonomiques et à la manière de les appliquer pour la conception et l'amélioration des situations de travail (tâche, activité, poste de travail et son environnement proche). Elle s'appuie sur des textes de références (normes, directives, littérature scientifique…) dans le champ de la charge physique de travail.

VIDAR : cette méthode-outil INRS vise à prévenir les TMS dans les très petites entreprises (TPE)

VIDAR est destiné en priorité aux médecins du travail mais peut être utilisée par d'autres préventeurs dès lors qu'ils font preuve de déontologie lors de la restitution des résultats. Après avoir filmé un salarié en situation de travail, l'analyse de la vidéo avec lui permet de sélectionner des actions posant problème et de rechercher les facteurs en cause sur lesquels agir pour améliorer sa situation de travail.

Mis à jour le 04/02/2015