Accès rapides :

Bitume

Sommaire du dossier

Vous êtes ici :

  1. Accueil
  2. Risques
  3. Bitume
  4. De quoi parle–t-on ? (rubrique sélectionnée)

Le bitume : de quoi parle–t-on ?

De par ses propriétés imperméables, malléables et adhésives, le bitume est aujourd’hui utilisé comme liant dans les enrobés bitumeux ou l’asphalte pour fabriquer divers revêtements (routes, parking, trottoirs, etc.). Issu du pétrole, le bitume ne doit pas être confondu avec le goudron, qui est quant à lui issu du charbon.

Le bitume est un mélange d’hydrocarbures issus de la distillation du pétrole. Sa composition chimique varie en fonction du pétrole utilisé pour son obtention. A température ambiante c’est un solide inerte, mais une fois chauffé, il ramollit pour devenir un liquide visqueux et adhésif. Il est principalement choisi selon ses propriétés de déformation, ses propriétés adhésives, sa résistance dans le temps et sa stabilité aux températures ambiantes. Les bitumes sont également définis selon leur grade (évolution de la viscosité en fonction de la température). Les bitumes les plus utilisés en France sont les bitumes de grade 35/50 et 50/70 (ref NF EN 12591).

Construction routière

Utilisés pour former les différentes couches des routes, les enrobés bitumineux sont fabriqués en chauffant un mélange de graviers et de bitume à 160°C environ. Le bitume est utilisé comme liant à hauteur de 5% du mélange environ. Des additifs comme les fluxants issus de la distillation du pétrole ou de l’estérification des huiles végétales, les polymères, les pigments, etc. peuvent être présents. Leur rôle est de modifier les caractéristiques de l’enrobé, comme sa viscosité, sa résistance aux contraintes mécaniques ou ses propriétés acoustiques, voire sa coloration. Il est à noter que les enrobés tièdes, contenant un faible pourcentage d’additif (moins de 1%) ou un faible pourcentage d’eau et de tensioactifs, sont de plus en plus utilisés dans la construction routière. Leur température de mise en œuvre se situe autour des 130°C pour un bitume de grade 35/50.

En France, plus de trente millions de tonnes d’enrobés bitumineux sont répandues chaque année pour entretenir ou construire plus d’un million de kilomètres de routes. Le secteur de la construction routière emploie plus de 100 000 personnes.

Autres usages du bitume

L’asphalte est un mélange de granulats fins et de bitume (utilisé comme liant à hauteur de 10 % environ). Chauffé en moyenne à 200 °C, l’asphalte sert comme revêtement des trottoirs, parkings, stations de métro ou de toute surface ne nécessitant pas une forte résistance mécanique. Environ 200 000 tonnes d’asphalte sont utilisées chaque année.

On recourt également au bitume oxydé, obtenu par adjonction d'huiles de fluxage et insufflage d'air à haute pression, pour les toitures et autres surfaces afin de les rendre imperméables ou étanches. Il se présente soit sous la forme de pains de bitume que l’on fond dans des fours rotatifs, soit sous forme de bandes bitumineuses fabriquées en usines et collées à chaud sur site avec un chalumeau.

Le goudron

Utilisé en tant que liant pour les routes ou les produits d’étanchéité au début du 20e siècle, le goudron est un sous-produit de la transformation de la houille en coke. Il a été progressivement substitué par le bitume du fait de sa sensibilité thermique et de sa dangerosité. S’il n’est plus utilisé pour les routes depuis 1993, on l’emploie encore pour le revêtement de certaines surfaces nécessitant une résistance aux hydrocarbures (stations d’essence, péages d’autoroutes, etc.). De même, les fluxants houillers, également issus de la transformation de la houille en coke ont été progressivement substitués pour être totalement remplacés en 2005 par les fluxants issus du pétrole ou des végétaux pour la fabrication des routes.

En savoir plus
Mis à jour le 29/08/2018
Base de données Métropol
Webinaire
Bitume : comment améliorer la prévention du risque chimique sur les chantiers de construction routière ?