Accès rapides :

Vous êtes ici :

  1. Accueil
  2. INRS
  3. Activités de recherche
  4. Pertinence de tests in vitro et in vivo pour étudier le potentiel transformant et cancérogène des nanotubes de carbone (rubrique sélectionnée)

Pertinence de tests in vitro et in vivo pour étudier le potentiel transformant et cancérogène des nanotubes de carbone

Etude

L’utilisation de nanotubes de carbone (NTC) dans des activités industrielles et médicales ne cesse de croître. Cependant, les connaissances sur leur toxicité, en particulier en termes d’induction de cancers, restent encore insuffisantes pour statuer sur le risque pour la santé des travailleurs exposés. Le modèle expérimental de référence pour l’étude du potentiel cancérogène d’un agent chimique consiste à exposer pendant 2 ans des animaux à cette substance. Ce test est long et coûteux et ne permet pas d’évaluer le potentiel cancérogène de nanomatériaux déjà sur le marché.

Nous proposons donc ici d’étudier la pertinence de deux autres tests, plus rapides et moins onéreux, pour étudier la capacité des nanotubes de carbone à induire des cancers. Le premier fait appel à des rats déficients pour le gène codant la protéine TP53. Cette protéine joue un rôle crucial dans le maintien de l’intégrité du génome et son inactivation chez l’animal conduit à l’apparition plus fréquente et plus précoce de tumeurs. Des rats génétiquement modifiés hétérozygotes p53+/- seront exposés par inhalation pendant 3 mois à un aérosol de nanotube de carbone puis suivis pendant 6 mois après l’exposition afin d’évaluer l’apparition de tumeurs en lien avec l’exposition. Afin de valider l’intérêt du test, un premier essai sera réalisé avec un NTC induisant des tumeurs pulmonaires puis, en cas de succès, avec un second NTC pour lequel nous n’avons aucune donnée de cette nature. Le second essai est un test de transformation sur cellules Bhas 42 qui mime les premières étapes du processus de cancérogenèse et qui présente une bonne prédictivité du potentiel cancérogène de substances chimiques chez l’animal. Un certain nombre de NTC seront testés avec ce modèle y compris celui induisant des cancers pulmonaires chez le rat.

Cette étude permettra donc d’une part, de déterminer la pertinence de ces modèles expérimentaux pour l’étude du potentiel cancérogène de NTC, voire d’autres nanomatériaux, et d’autre part, d’obtenir des informations sur les propriétés physico-chimiques des NTC qui pourraient éventuellement être responsables du potentiel cancérogène de certains de ces nanotubes.

Valorisations prévues : Publications dans des revues scientifiques internationales à comité de lecture et participation à des congrès.

Disciplines de recherche
Toxicologie expérimentale
Etudes Publications Communications