Accès rapides :

Vous êtes ici :

  1. Accueil
  2. Utilisation du dioxyde de titane nanométrique. Cas particulier de la filière BTP (rubrique sélectionnée)

Utilisation du dioxyde de titane nanométrique. Cas particulier de la filière BTP

Note documentaire

Article de revue12/2012

Ce document existe uniquement au format électronique

L'étude de filière présentée dans cet article fait le point sur l'utilisation du dioxyde de titane dans le secteur du BTP. Son introduction dans la composition des matériaux est liée au caractère photocatalytique du dioxyde de titane. Il opère comme agent dépolluant de l'air ou autonettoyant des structures.
Sa mise en oeuvre se fait majoritairement au cours de l'élaboration de matériaux finis ou semifinis préfabriqués sur sites industriels manufacturiers : béton architectonique de façade, mur antibruit, pavé, vitrage, couverte de toiture bitumineuse. Les utilisations restantes concernent des opérations de coulée ou de projection de ciment photocatalytique et de pulvérisation de vernis sur les chantiers liés au gros oeuvre du BTP.
A la fin 2012, moins d'une centaine de tonnes de dioxyde de titane nanométrique a été intégrée à l'ensemble de ces applications. Le nombre de salariés, potentiellement exposés, travaillant à la mise en oeuvre de ciment photocatalytique dans le secteur du gros oeuvre du bâtiment et du génie civil est évalué à moins de 100 personnes.

  • Description et informations techniques
    • Document original

      Article de 6 pages, publié dans la revue Hygiène et sécurité du travail
    • Référence INRS

      ND 2367
    • Auteur(s)

      HONNERT B., MATER G.
    • Date de publication

      12/2012
    • Collection

      Note documentaire

Ressources complémentaires de l'INRS

Sur le thème : Focus sur des agents chimiques particuliers

Sur le thème : Gros oeuvre dans le BTP