Accès rapides :

Vous êtes ici :

  1. Accueil
  2. Approche des risques chimiques et microbiologiques dans le secteur du compostage (rubrique sélectionnée)

Approche des risques chimiques et microbiologiques dans le secteur du compostage

Note documentaire

Article de revue12/2010

Ce document existe uniquement au format électronique

Cet article dresse l'inventaire non exhaustif des risques chimiques et biologiques encourus par les salariés sur les plates-formes de compostage. Les résultats montrent la présence de trois polluants majoritaires : les matières particulaires totales (MPT), l'ammoniac et les endotoxines.
Bien qu'elles soient en moyenne inférieures à la valeur limite de moyenne d'exposition (VME), les concentrations en MPT sont significatives et peuvent atteindre des valeurs localement très élevées en fonction du travail et de la configuration des lieux. Les concentrations en ammoniac semblent plus préoccupantes (28 % sont supérieures à la VME) sur certaines plates-formes closes traitant les boues de stations d'épuration urbaines. L'étude a également mis en évidence que les caissons filtrants sur chargeuses étaient inefficaces dans la moitié des cas. Les endotoxines sont présentes sur tous les sites parfois à des concentrations très élevées. Les concentrations en micro-organismes cultivables sont aussi très variables et peuvent atteindre des valeurs très importantes, notamment pour les bactéries thermophiles, dont la majorité des mesures sont supérieures à 105 UFC par mètre cube sur certaines plates-formes.

  • Description et informations techniques
    • Document original

      Article de 14 pages, publié dans la revue Hygiène et sécurité du travail
    • Référence INRS

      ND 2336
    • Auteur(s)

      POIROT P., et coll.
    • Date de publication

      12/2010
    • Collection

      Note documentaire

Ressources complémentaires de l'INRS

Sur le thème : Collecte, tri et traitement des déchets

Sur le thème : Evaluation des risques chimiques

Sur le thème : Secteurs et professions concernés par les risques biologiques