Acces rapides :

Vous êtes ici :

  1. Accueil
  2. Échantillonnage et analyse des endotoxines dans l'air. Étude bibliographique (rubrique sélectionnée)

Échantillonnage et analyse des endotoxines dans l'air. Étude bibliographique

Note documentaire

Article de revue01/2002

Ce document existe uniquement au format électronique

Les risques pour la santé liés à l'exposition aux bactéries et aux moisissures aéroportées, tant en milieu professionnel que dans l'habitat, sont connus. Cependant, bien que de nombreuses études se soient attachées à estimer le niveau d'exposition en endotoxines dans divers secteurs d'activité, la relation dose-effet n'a pas pu être établie. De plus, les résultats des essais menés par des laboratoires différents, y compris dans les mêmes secteurs d'activité, sont mal corrélés. La diversité des techniques mises en oeuvre selon les secteurs d'activité, à la fois pour les méthodes d'échantillonnage et celles d'analyse des endotoxines, expliquent une grande part de cette dispersion des résultats.
Cette étude bibliographique montre qu'à toutes les étapes d'échantillonnage et d'analyse des endotoxines dans l'air, différentes pratiques coexistent, même si la méthode de dosage par le LAL (lysat d'amébocytes de limule) prédomine largement.
Un certain nombre d'études récentes tentent d'imposer des conditions standard d'échantillonnage, de traitement des échantillons, de conservation et de dosage. C'est ainsi qu'une étude récente (1998) montre que l'ajout de Tween 20 (agent dispersant) à 0,05 % dans l'eau apyrogène augmente l'efficacité d'extraction des endotoxines sans modifier la cinétique de réaction des essais au test LAL. Deux études plus anciennes (1990 et 1995) obtiennent des rendements d'efficacité d'extraction meilleurs pour les prélèvements effectués sur filtre en fibres de verre que sur d'autres filtres tels que polycarbonate, acétate de cellulose et PVC. Ces rendements dépendent aussi de la nature de l'aérosol considéré.
Un rapport de 1 à 17 a pu être calculé entre deux procédures utilisant d'une part, des filtres en ester de cellulose et de l'eau apyrogène pour l'extraction et d'autre part, des filtres en fibre de verre et de l'eau apyrogène additionnée de 0,05 % de Tween 20.
Par ailleurs, ces études démontrent également que les endotoxines extraites dans l'eau apyrogène additionnée de Tween ne se conservent qu'à des températures inférieures à - 20 °C et ne supportent aucune recongélation.
L'adoption d'une future norme européenne devrait mettre un terme à toutes ces pratiques individuelles des laboratoires et imposer des conditions d'échantillonnage et de dosages stabilisées permettant des essais comparatifs interlaboratoires. Ainsi, une meilleure estimation du niveau réel d'exposition aux endotoxines dans tous les secteurs d'activité devrait aider à établir une relation dose-effet sur la santé plus précise.

  • Description et informations techniques
    • Document original

      Article de 16 pages, publié dans la revue Hygiène et sécurité du travail
    • Référence INRS

      ND 2170
    • Auteur(s)

      GREFF-MIRGUET G.
    • Date de publication

      01/2002
    • Collection

      Note documentaire

Ressources complémentaires de l'INRS

Sur le thème : Prévention des risques biologiques