Accès rapides :

Vous êtes ici :

  1. Accueil
  2. INRS
  3. Activités de recherche
  4. Précarité, risques professionnels et issus de grossesse défavorables chez les femmes enceintes au travail (rubrique sélectionnée)

Précarité, risques professionnels et issus de grossesse défavorables chez les femmes enceintes au travail

Publication scientifique

Objectif. Décrire les situations de précarité (SP) chez les femmes enceintes au travail en mesurant leur prévalence, les expositions professionnelles à risque, les mesures de prévention et les relations avec la prématurité.
Méthode. Il a été conduit une étude transversale en services interentreprises de santé au travail en 2014. Les salariées reçues après leur accouchement par le médecin du travail (MT) répondaient à un auto-questionnaire. L’exposition à des risques professionnels pour la grossesse était évaluée par le MT (physiques, chimique, biologiques, organisationnels). La SP était mesurée à partir de l’échelle EPICES. Utilisant la nomenclature des catégories socio-professionnelles de l’INSEE (version 2003), le codage des emplois était réalisé par les équipes de MT et contrôlé par un codeur expérimenté. L’information sur la prématurité était recueillie auprès des salariées. Les deux groupes (précarité/non précarité) ont été comparés en utilisant des analyses unifactorielles (tests du chi2) et multifactorielles basées sur une régression de Poisson.
Résultats. Parmi 1402 salariées enceintes recrutées par 83 MT, 293 salariées (21 %) étaient classées en SP. Les SP concernaient plus particulièrement les employées et les ouvrières mais également certaines professions intermédiaires. Il émergeait une association significative (p<0,001) entre SP et un ensemble d’expositions professionnelles à risque, notamment les risques physiques. Les salariées enceintes du groupe précarité étaient 4 fois plus à risque de cumuler des risques professionnels ( 3). Ajustée sur l’âge, les salariées en SP avaient 4 fois plus de risque d’avoir un enfant prématuré (p=0,02) lorsqu’elles étaient exposées à plusieurs risques professionnels ( 3). Concernant l’organisation de mesures préventives, il n’y avait pas de différences entre groupes.
Conclusions. Ces résultats soulignent l’intérêt de repérer les SP des femmes enceintes au travail d’autant plus qu’elles sont plus souvent exposées à des risques professionnels pour la grossesse. L’impact sur la prématurité doit être confirmé par d’autres études.

  • Fiche technique

    Fiche technique

    • Année de publication

      2016
    • Langue

      Anglais
    • Discipline(s)

      Epidémiologie
    • Auteur(s)

      HENROTIN J.B., VAISSIERE M., ETAIX M., DZIURLA M., RADAUCEANU A., MALARD S., LAFON D.
    • Référence

      Occupational medicine, november 7, 2016, doi:10.1093/occmed/kqw148
Disciplines de recherche
Epidémiologie
Etudes Publications Communications