Accès rapides :

Vous êtes ici :

  1. Accueil
  2. Publications et outils
  3. Bases de données
  4. Eficatt
  5. Monkeypox (rubrique sélectionnée)

Monkeypox

Virus monkeypox (MPXV).

Sommaire de la fiche

Édition : septembre 2023

Agent pathogène [R1] Guide de lecture

Descriptif de l'agent pathogène

  • Nom

    Virus monkeypox (MPXV).

  • Synonyme

    • Virus de la variole du singe.
  • Type

    Virus
  • Groupes de classement

    • 3

Le virus mpox (MPXV) est un virus enveloppé avec un génome à ADN double brin, appartenant à la famille des Poxviridae, sous-famille des Chordopoxvirinae et au genre Orthopoxvirus. Ce genre comprend d’autres virus tels que celui de la Vaccine (VACV), le Cowpox (CPXV), le Camelpox (CMLV) et le virus de la variole (VARV).

Les orthopoxvirus ont une forte proximité antigénique qui entraîne des difficultés d’analyse de la spécificité des anticorps vis-à-vis de l'un ou l'autre des Orthopoxvirus.

Le MPXV circule à l'état naturel en Afrique centrale (clade I) et de l'ouest (clade IIa). Les virus responsables des épidémies humaines récentes (de 2017 à 2022) sont dus à un nouveau clade (clade IIb), issu du clade II.

Réservoir et principales sources d'infection

Réservoir
  • Type(s)

    • Animal
    • Homme
  • Réservoir animal : La variole du singe (mpox) a été décrite pour la première fois comme une maladie de singes en captivité dans un zoo à Copenhague en 1957. Au cours des années suivantes, plusieurs notifications du virus chez des singes en captivité ont été rapportées et des enquêtes épidémiologiques ont montré que le MPXV était enzootique chez de nombreux animaux de la forêt tropicale africaine. Bien que les singes puissent être des hôtes naturels du MPXV, on ne peut ignorer la possibilité que ces animaux, comme les humains, soient accidentellement infectés par le MPXV. Collectivement, les preuves sérologiques, la détection de l'ADN et, dans quelques cas, l'isolement du virus impliquent que de nombreuses espèces animales, tels les écureuils, rats de Gambie, sont des réservoirs potentiels du MPXV.
  • Homme : en période épidémique (la transmission est interhumaine secondairement).
Principales sources d'infection
  • Chez l’animal : sang, fluides corporels ou lésions de la peau ou des muqueuses, et viande de brousse insuffisamment cuite.
  • Chez l’homme : lésions cutanées, fluides corporels, muqueuses internes comme la bouche, gouttelettes respiratoires, ainsi que des objets contaminés, comme des vêtements ou du linge de lit.
Vecteur(s)
Pas de vecteur.

Viabilité et infectiosité

Viabilité, résistance physico-chimique

Les poxvirus présentent une résistance extraordinaire au séchage et une tolérance accrue à la température et au pH par rapport à d’autres virus enveloppés. Ces caractéristiques ont une forte incidence sur leur persistance environnementale. Les virus du genre Orthopoxvirus sont connus pour avoir une stabilité durable dans l’environnement et du MPXV viable peut être détecté sur les surfaces domestiques au moins 15 jours après la contamination des surfaces (1).

Les poxvirus sont sensibles à l’action des détergents usuels, le formaldéhyde, les agents oxydants et une température supérieure à 60°C. La plupart des antiseptiques et désinfectants usuels sont actifs notamment les dérivés alcooliques (éthanol 40 % ; alcool isopropylique 30 %), le glutaraldéhyde, l’acide peracétique, le peroxyde d’hydrogène, l’hypochlorite de sodium 0,5 % et les dérivés iodés.

Infectiosité

La dose de MPXV nécessaire pour infecter un être humain n’est pas connue ; elle semble cependant nettement plus élevée que pour le virus de la variole, pour lequel la dose infectante est évaluée entre 10 et 100 particules virales.

Liens utiles