Accès rapides :

Vous êtes ici :

  1. Accueil
  2. Publications et outils
  3. Bases de données
  4. Biotox
  5. 2-Propanol / Isopropanol urinaire (rubrique sélectionnée)

Biotox 2-Propanol

  • Nature du dosage : Isopropanol urinaire
Autres dosages disponibles pour « 2-Propanol » :
Retour aux résultats Modifier la recherche Nouvelle recherche

Version : octobre 2020

Généralités sur la substance

  • Nom de la substance

    2-Propanol
  • Famille chimique

    Alcools aliphatiques
  • Numéro CAS

    67-63-0
  • Substance(s) concernée(s)

    • Alcool isopropylique
    • Isopropanol
  • Fiche(s) toxicologique(s)

  • Fiche(s) Métropol

Renseignements utiles pour le dosage Isopropanol urinaire

Valeurs biologiques d'interprétation (VBI) issues de la population générale adulte

---------valeur non déterminée---------

Valeurs biologiques d'interprétation (VBI) pour le milieu de travail

  • VBI françaises (VLB règlementaire, VLB ANSES)

    ---------valeur non déterminée---------
  • VBI européennes (BLV)

    --- valeur non déterminée ---
  • VBI américaines de l'ACGIH (BEI)

    ---------valeur non déterminée---------
  • VBI allemandes de la DFG (BAT, EKA, BLW)

    ---------valeur non déterminée---------
  • VBI finlandaises du FIOH (BAL)

    ---------valeur non déterminée---------

Moment du prélèvement

  • Dans la journée

    fin de poste
  • Dans la semaine

    fin de semaine

Coût du dosage

  • CPG-FID : 13,5 €
  • CPG-HS-SM : 32,4 €
  • CPG-HS-FID : 10,83 €

Laboratoires effectuant ce dosage

Renseignements utiles pour le choix d'un indice biologique d'exposition

Toxicocinétique - Métabolisme

Rapidement absorbé par voies respiratoire (environ 50 % du 2-propanol inhalé est absorbé), digestive et cutanée, l'isopropanol est distribué dans tout l'organisme. Sa demi-vie sanguine varie de 2 à 6 heures.

Il est métabolisé par oxydation dans le foie avec formation d'acétone (demi-vie sanguine du 2-propanol < 10 heures et de l'acétone 22 heures), éliminée dans l'air expiré et dans les urines (la demi-vie d'élimination urinaire de l'acétone lors d'exposition au 2-propanol n'est pas connue). Une partie de l'isopropanol est éliminée sous forme inchangée dans l'air expiré et dans les urines.

Substances à doser - Moment du prélèvement

Le dosage de l'isopropanol dans les urines en fin de poste et fin de semaine de travail est bien corrélé aux concentrations atmosphériques au-delà de 50 ppm. Pour une exposition à 400 ppm des concentrations urinaires de l'ordre de 3,7 mg/L sont retrouvées. Il est absent des urines des sujets non professionnellement exposés. Cependant, même pour des expositions voisines de 40 ppm, il peut être non détectable en raison d'une grande variabilité individuelle.

Le dosage de l'acétone dans les urines en fin de poste de travail et/ou en fin de semaine a été proposé pour la surveillance biologique. Ce dosage est non spécifique car ce métabolite peut être retrouvé chez des sujets non exposés et chez ceux exposés à l'acétone. Ce paramètre est sensible, utilisable dès que la concentration atmosphérique atteint 70 ppm (ce qui correspond à 20 mg/L d'acétone urinaire en fin de poste). Le BEI de l'ACGIH est basé sur une relation avec les concentrations atmosphériques.

Les dosages de l'acétone dans le sang et dans l'air expiré en fin de poste de travail ont été proposés pour la surveillance biologique. Les taux sanguins d'acétone, le plus souvent sur sang total sont bien corrélés aux taux d'acétone de l'air expiré.

Le dosage de l'isopropanol dans le sang en fin de poste de travail a pu être proposé, mais pour des expositions de l'ordre de 200 ppm les concentrations sanguines étaient inférieures au seuil de détection (1 mg/L). Ce dosage est donc d'une utilité limitée.

Le dosage de l'isopropanol dans l'air expiré apparaît bien corrélé à l'intensité de l'exposition de la journée et aux concentrations d'acétone dans le sang et dans l'air expiré. Pour une exposition à 400 ppm, les concentrations dans l'air expiré sont d'environ 200 ppm. Il existe de grandes variations en fonction du sexe, avec des concentrations jusqu'à 10 fois plus élevées dans l'air expiré chez l'homme.

Interférences - Interprétation

Les taux sanguins et urinaires d'acétone sont très influencés par toutes les situations où l'oxydation des acides gras est accrue (jeûne, exercice prolongé, exposition au froid) mais aussi par certaines pathologies (diabète). La consommation d'alcool diminue les taux d'acétone sanguins et urinaires ; une co-exposition à l'acétone les augmente.

On utilisera de préférence un tube en verre totalement rempli. Le dosage de l'acétone devra être réalisé par chromatographie en phase gazeuse (et non à la bandelette).

Bibliographie

  • Ernstgard L, Sjogren B, Warholm M, Johanson G - Sex differences in the toxicokinetics of inhaled solvent vapors in humans 2. 2-propanol. Toxicol Appl Pharmacol. 2003 ; 193 (2) : 158-67.
  • Isopropanol (2-propanol, isopropyl alcohol). In: Lauwerys RR, Hoët P. Industrial chemical exposure: Guidelines for biological monitoring. 3rd edition. Boca Raton : Lewis Publishers, CRC Press LLC ; 2001 : 423-27, 638 p.
  • Kawai T, Yasugi T, Horiguchi S, Uchida Y et al. - Biological monitoring of occupational exposure to isopropyl alcohol vapor by urinalysis for acetone. Int Arch Occup Environ Health. 1990 ; 62 (5) : 409-13.
  • 2-Propanol. Update 2006. In: Documentation of the TLVs and BEIs with Worldwide occupational exposure values. Cincinnati : ACGIH ; 2020.
  • Sethre T, Läubli T, Hangartner M, Bérode M et al. - Isopropanol and methylformate exposure in a foundry: exposure data and neurobehavioural measurements. Int Arch Occup Environ Health. 2000 ; 73 (8) : 528-36.
  • TLVs and BEIs based on the documentation of the threshold limit values for chemical substances and physical agents and biological exposure indices. 2020. Cincinnati : ACGIH ; 2020 : 304 p.

Historique

Fiche créée en 2003 - Mise à jour des parties "Bibliographie" en 2020, "Renseignements utiles sur la substance" et "Renseignements utiles pour le dosage" en 2014