Accès rapides :

Vous êtes ici :

  1. Accueil
  2. Services aux entreprises
  3. Innovation et technologie
  4. Évaluation et diagnostic
  5. Un nouveau matériau pour mesurer l’exposition au protoxyde d’azote (rubrique sélectionnée)

Un nouveau matériau pour mesurer l’exposition au protoxyde d’azote

L’INRS a développé un nouveau matériau adsorbant pour permettre la mesures d’exposition des salariés au protoxyde d’azote, un gaz utilisé comme anesthésiant et potentiellement toxique pour le personnel soignant.

Pourquoi mesurer l’exposition au protoxyde d’azote ?

Utilisé comme anesthésiant (sous la forme d’un mélange appelé MEOPA pour mélange équimolaire d’oxygène et de protoxyde d’azote) dans les procédures médicales, le protoxyde d’azote (N2O) peut être à l’origine d’effets indésirables tels que la réduction de la fertilité, des avortements spontanés ainsi que des troubles neurologiques, rénaux et hépatiques. Des campagnes menées par les Caisses d'assurance retraite et de la santé au travail (CARSAT) et l'INRS ont montré des niveaux d'exposition professionnelle supérieurs aux recommandations disponibles.

Quel est l’intérêt de ce nouveau matériau mis au point par l’INRS ?

La mesure de concentration d’un gaz dans l’environnement de travail implique d’effectuer un prélèvement de ce gaz dans l’air. Or, les matériaux utilisés actuellement ne sont pas adaptés au prélèvement du protoxyde d’azote. Ils disposent tous d’une faible affinité avec ce gaz, ce qui se traduit par une sous-estimation systématique des concentrations auxquelles sont exposées les salariés. L’INRS a donc développé un nouveau matériau adsorbant dédié pour permettre de faire des prélèvements fiables.
 

detection-protoxyde

Quel est ce nouveau matériau ? 

Ce nouveau matériau est le résultat d’une succession d’étapes de formulation et de mise en forme spécifiques d’une zéolithe (aluminosilicate à structure cristalline). Il est ensuite incorporé dans des tubes de désorption thermique pour permettre le prélèvement et l’analyse du protoxyde d’azote. Les méthodes de prélèvement associées à l’utilisation de ce matériau sont décrites dans les fiches Metropol 415 (prélèvement passif) et 416 (prélèvement actif court terme) dédiées au protoxyde d’azote, accessibles sur le site INRS.

A qui s’adresse ce nouveau matériau ?

Ce dispositif s’adresse aux : 

  • organismes et entreprises qui réalisent des prélèvements atmosphériques ;
  • acteurs de la prévention des risques professionnels : services de santé au travail et caisse d'assurance retraite et de la santé au travail (Carsat), chargées de sensibiliser les entreprises et de participer à l’évaluation des risques professionnels des salariés ;
  • laboratoires d’analyse de l’air des lieux de travail
  • distributeurs de fournitures industrielles, 
  • interlocuteurs privilégiés des entreprises pour la fourniture d’EPI ;

Où trouver ce nouveau matériau ?

Les tubes de prélèvement dédiés au protoxyde d’azote issus des travaux de recherche de l’INRS sont industrialisés et commercialisés par l’entreprise Antelia.
Pour en savoir plus, contactez Sophie Deleys, chargée de valorisation technologique :
Tél. 03 83 50 20 53 – e-mail : sophie.deleys@inrs.fr

Mis à jour le 17/12/2020