Accès rapides :

Vous êtes ici :

  1. Accueil
  2. INRS
  3. Activités de recherche
  4. Automatisation et complaisance: informations issues d'une tâche de planification (statique) dans le domaine des transports (rubrique sélectionnée)

Automatisation et complaisance: informations issues d'une tâche de planification (statique) dans le domaine des transports

Publication scientifique

Les systèmes automatisés sont de plus en plus répandus. Pourtant, différents chercheurs ont souligné que des échecs dans la coopération entre l'opérateur humain et le système automatisé peuvent se produire (Brainbridge, 1983, Parasuraman & Riley, 1997). Un échec largement décrit correspond au phénomène de complaisance. Plus précisément, il s'agit d'un état de «satisfaction de soi qui peut entraîner une non-vigilance fondée sur une hypothèse injustifiée d'état du système satisfaisant» (Parasuraman, Molloy & Singh, 1993, p.2). L'automatisation en situation dynamique (par exemple, le pilotage d'aéronefs) est considérée comme "l'exécution par un agent de machine (généralement un ordinateur) d'une fonction précédemment exécutée par un humain" (Parasuraman & Riley, op.cit, p.231). En effet, dans ces situations, la pression du temps impose de déléguer certaines tâches à l'automatisation pour faciliter la prise de décision humaine. Cependant, dans des situations statiques - telles que la planification de la livraison dans le domaine des transports - la pression du temps est secondaire. Comme les problèmes sont souvent mathématiquement intraitables, l'effort d'automatisation est davantage axé sur la simplification des données à prendre en compte par l'opérateur humain (Cegarra & van Wezel, 2012). Par conséquent, nous avons conçu une expérience pour comparer (1) complaisance sur l'automatisation de "l'exécution d'action" (2) complaisance sur l'automatisation de "simplification des données". Plus précisément, nous avons confronté 80 participants à une implémentation de ces deux types d'automatisation sur la batterie de tâches multi-attributs (Comstock & Arnegard, 1992). Comme l'ont proposé Bagheri et Jamieson (2004), nous avons également manipulé quatre niveaux de fiabilité de l'automatisation (0%, 56,25%, 87,5%, 100%). Dans toutes ces conditions, nous avons évalué la complaisance à travers le taux de détection des échecs d'automatisation. En outre, nous avons utilisé un outil de suivi des yeux SMI et demandé aux participants d'évaluer leur confiance en soi et leur confiance dans le système. Les résultats détailleront la différence de complaisance en fonction du type d'automatisation et du niveau de fiabilité de l'automatisation. Des considérations relatives à la conception des interfaces Hommes Machine seront également proposées.

Disciplines de recherche
Ergonomie
Etudes Publications Communications
Psychologie du travail
Etudes Publications Communications