Accès rapides :

Vous êtes ici :

  1. Accueil
  2. INRS
  3. Activités de recherche
  4. Mise en place d'une méthode de suivi électroencéphalographique en temps réel de l'action neuropharmacologique des solvants. (rubrique sélectionnée)

Mise en place d'une méthode de suivi électroencéphalographique en temps réel de l'action neuropharmacologique des solvants.

Etude

Les intoxications aiguës aux solvants se manifestent généralement par des signes de dépression du système nerveux central. Ces symptômes, bien que réversibles, peuvent générer des risques pour les salariés (chutes, mauvaises manipulations, déconcentration…). Cependant, les solvants industriels exercent ces effets à des concentrations très variables et, pour de nombreux composés, ces effets ont été peu ou pas étudiés. L’INRS ne dispose pas de méthode relative à la mesure des perturbations de l’activité générale du cerveau par les solvants. La méthode la plus pertinente pour mesurer in vivo ces dysfonctions cérébrales est l’électroencéphalographie (EEG). L’EEG offre la possibilité de suivre en temps réel la cinétique de modification des ondes cérébrales causée par les toxiques.

Ainsi, nous proposons d’explorer les avantages de l’EEG, à savoir, évaluer la cinétique de pénétration cérébrale du solvant sans mis à mort de l’animal, mettre en évidence des marqueurs neurophysiologiques précoces d’exposition aiguë chez le rat et améliorer la sensibilité de nos méthodes en s’affranchissant des délais incompressibles entre la fin de l’exposition et la mesure sensorielle.

Pour cela, des rats seront exposés à 4 concentrations de styrène ou de méthyléthylcétone 6 heures par jour pendant 4 jours et leur EEG sera enregistré en continu pendant toute l’exposition. Avec ce protocole, une cinétique de pénétration du solvant dans le cerveau pourra être établie ; par ailleurs, la concentration seuil à partir de laquelle le solvant perturbe l’activité cérébrale sera recherchée. A l’issue des expositions, les animaux seront également soumis à des tests de déficiences motrice et sensorielle afin de comparer la sensibilité de ces tests à celle de l’EEG.

Ce test permettra de déterminer si un contact court avec un solvant génère un risque de perturbation cérébrale qui peut se traduire par des chutes, un manque d’attention ou des mauvaises manipulations du salarié.
Les résultats obtenus seront publiés dans une revue internationale à comité de lecture.

  • Fiche technique

    Fiche technique

    • Année de lancement

      2019
    • Discipline(s)

      Toxicologie expérimentale
    • Responsable(s)

    • Participant(s)

    • Collaboration(s) extérieure(s)

    • Référence

      EL2019-003
Disciplines de recherche
Toxicologie expérimentale
Etudes Publications Communications