Accès rapides :

Vous êtes ici :

  1. Accueil
  2. INRS
  3. Activités de recherche
  4. Musique amplifiée et fatigue auditive parmi les professionnels des secteurs de la musique et du divertissement. (rubrique sélectionnée)

Musique amplifiée et fatigue auditive parmi les professionnels des secteurs de la musique et du divertissement.

Communication scientifique

Le secteur du spectacle vivant compte 200000 professionnels dont 1/3 de permanents. Comme pour l’ensemble des travailleurs, ces professionnels sont protégés par la directive bruit 2003/10/CE qui définit une valeur limite d’exposition (VLE) sonore de LEx,8h = 87dB(A). Pourtant, dans les faits, ils sont fréquemment exposés à des doses de bruit plus élevées. En effet, la diffusion de musique amplifiée est soumise à une règlementation moins contraignante avec une valeur limite fixée à 102 dB(A) pour la protection du public. Par conséquent, des professionnels travaillant dans l’espace de diffusion destiné au public peuvent être exposés à une intensité sonore telle qu’ils dépassent en moins de 16 minutes la VLE journalière. La littérature scientifique manque d’informations sur les conséquences auditives générées par des expositions de ce type, en particulier sur la fatigue auditive et sa cinétique de récupération. Or, le respect de périodes de repos consécutives à une exposition à de la musique pourrait être un moyen de prévention à promouvoir afin d’éviter l’accumulation de fatigue et le risque de surdité qui en découle.

Cette étude propose de combler ce déficit de connaissances en évaluant, avec le dispositif Echoscan®, l’impact de la musique amplifiée sur la fatigue auditive périphérique et sa cinétique de récupération. Ces mesures sont comparées à celles obtenues avec l’audiométrie tonale (ATL), qui est l’examen de référence en médecine du travail. Parallèlement, des mesures de l'exposition sonore sont réalisées afin de déterminer les indicateurs d'exposition corrélés à la fatigue auditive mesurée par Echoscan® et aux variations des seuils auditifs mesurés par ATL. Ces indicateurs pourraient permettre d'identifier plus facilement (1) les situations de travail dangereuses pour l'audition, (2) les actions de prévention à mettre en œuvre.

Ce travail est mené dans des salles de concert, des discothèques et des centres de formation pour professionnels du spectacle. Cette étude est promue par l'INRS en partenariat avec le Centre Médical de la Bourse, qui est le service de santé des professionnels du spectacle, et AGI-SON, une association engagée dans la sensibilisation des professionnels du spectacle à la prévention des risques auditifs.

Disciplines de recherche
Biologie - Microbiologie
Etudes Publications Communications