Accès rapides :

Vous êtes ici :

  1. Accueil
  2. INRS
  3. Activités de recherche
  4. Étude du potentiel transformant et cancérogène des nanotubes de carbone inhalés (rubrique sélectionnée)

Étude du potentiel transformant et cancérogène des nanotubes de carbone inhalés

Communication scientifique


Dans le domaine des nanotechnologies, de par leurs propriétés physicochimiques, les nanotubes de carbone (NTC) sont utilisés de manière exponentielle en milieu industriel et trouvent leur application dans de nombreux domaines. La connaissance de leur toxicité et des niveaux d’exposition sur le lieu de travail est encore insuffisante pour déterminer leur risque pour la santé lié à une exposition. Les préoccupations au sujet de la toxicité des NTC découlent de l’hypothèse de l’effet fibre fondée sur leurs propriétés physiques et leur biopersistance. L’exposition aux NTC est associée à des perturbations cellulaires susceptibles de favoriser les processus de cancérogenèse. L’objectif de cette thèse est d’étudier le potentiel de transformant in vitro et de cancérogène in vivo des NTC multi-parois (MWCNT). Les MWCNT utilisés pour l’étude ont été caractérisés par microscopie électronique à transmission et leur surface spécifique a été obtenue.
Le potentiel transformant de deux MWCNT aux caractéristiques opposées : NM-403 court et fin et MWNT-7 long et épais a été étudié in vitro. Les cellules épithéliales bronchiques BEAS-2B ont été traitées deux fois par semaine à différentes concentrations de MWCNT. L’apparition de mitoses anormales et la fréquence d’apparition des micronoyaux a été analysée après immunomarquage des cellules à l’aide d’anticorps -tubuline couplés FITC et au marquage des noyaux au DAPI. Une augmentation du pourcentage de mitoses anormales et de la fréquence des micronoyaux a été observée après 1 à 4 semaines de traitement. De plus, des changements morphologiques cellulaires allant du phénotype épithélial vers un phénotype fibroblastique, étaient également évidents. Cette modification phénotypique pourrait s’expliquer par une transition épithélio-mésenchymateuse. Cette hypothèse sera vérifiée par l’évaluation de l’expression des gènes impliqués dans ce processus. Dans la deuxième partie de la thèse, le potentiel cancérogène des MWCNT mentionnés ci-dessus sera testé après l’instillation intratrachéale de rats hétérozygotes pour TP53+/-.

Disciplines de recherche
Toxicologie expérimentale
Etudes Publications Communications