Accès rapides :

Certificat d’aptitude à la conduite en sécurité (Caces)

Sommaire du dossier

Vous êtes ici :

  1. Accueil
  2. Démarches de prévention
  3. Certificat d’aptitude à la conduite en sécurité (Caces)
  4. Autorisation de conduite (rubrique sélectionnée)

Autorisation de conduite

La conduite de certains équipements de travail mobiles automoteurs ou servant au levage nécessite la détention d’une autorisation de conduite établie par l’employeur. Celle-ci prend notamment en compte l’aptitude médicale du salarié et le contrôle de ses connaissances et de son savoir-faire. Le Certificat d’aptitude à la conduite en sécurité (Caces) contribue au respect de cette obligation réglementaire.

Le Caces permet de s’assurer que les conducteurs disposent des connaissances et du savoir-faire nécessaires à la conduite en sécurité des équipements de travail mobiles automoteurs ou servant au levage. Il contribue ainsi à la délivrance des autorisations de conduite obligatoires pour les équipements qui présentent des risques particuliers, conformément à l’article R. 4323-56 du code du travail. La délivrance d’une autorisation de conduite est subordonnée à :

  • la formation adéquate du salarié à la conduite en sécurité de la machine concernée ;
  • la vérification par un médecin du travail de son aptitude médicale à la conduite de cet équipement ;
  • la réussite du salarié à un contrôle des connaissances théoriques et du savoir-faire pratique pour la conduite en sécurité de ce type d’engin ;
  • la connaissance par le salarié des lieux et des instructions à respecter sur le ou les sites d’utilisation de l’équipement.

 

Autorisation de conduite : obligations réglementaires et prescriptions du réseau Assurance maladie – risques professionnels.

Formation obligatoire

Recommandation

Caces

Autre recommandation.

Autorisation de conduite

(ou équivalent)

Engins de chantier

R.482

 

 

Grues mobiles

R.483

 

 

Grues à tour

R.487

 

Autorisation de conduite

réglementairement

obligatoire

Grues auxiliaires de chargement de véhicules

R.490

 

Chariots automoteurs de manutention à conducteur porté

R.489

 

 

Plates-formes élévatrices mobiles de personnes

R.486A

 

 

Ponts roulants et portiques

R.484

R.318

R.423

Autorisation de conduite

recommandée

Chariots de manutention gerbeurs à conducteur accompagnant

R.485

 

Transpalettes électriques, préparateurs de commande au sol à conducteur accompagnant…

/

R.366

Plates-formes suspendues

/

R.433

Attestation de compétences

recommandée

Palans fixes, palans sur potence, palans sur monorail…

/

/

Autorisation de conduite

conseillée,

à l'appréciation de l'employeur

Ponts élévateurs de véhicules, tables élévatrices, hayons…

/

/

Laveuses et balayeuses industrielles, tondeuses autoportées…

/

/

D’autres équipements de travail mobiles automoteurs ou servant au levage, bien que n’appartenant pas à la liste ci-dessus, relèvent de recommandations établies par la Cnam et adoptées par les partenaires sociaux. Elles préconisent que ces équipements fassent eux aussi l’objet de la délivrance d’une autorisation de conduite à l’issue d’une démarche volontaire de l’employeur. Elles précisent le plus souvent les référentiels de formation, voire les modalités de contrôle des acquis.

La durée de validité d’une autorisation de conduite n’est pas définie par la réglementation. L’employeur doit veiller à ce que les conditions de délivrance de celle-ci sont remplies à tout moment.

L’autorisation de conduite doit être revue et adaptée en cas de modification du cadre de travail : changement de machine, problème de santé, ajout d’un nouvel équipement interchangeable sur la machine, transfert du conducteur sur un nouveau site d’utilisation, arrivée à échéance des éléments de l’évaluation (aptitude médicale, Caces).

Cas spécifiques de délivrance d’autorisation de conduite

Conducteur qui est son propre employeur

Il n’est pas nécessaire que l’employeur se délivre une autorisation de conduite à lui-même. Par contre, notamment en cas d’accident, il doit être capable de prouver qu’il a satisfait aux trois autres conditions qui sont requises préalablement à la délivrance d’une autorisation de conduite.

Conducteur salarié d’une entreprise extérieure

Le chef de l’entreprise extérieure, qui est l’employeur du salarié, est responsable de sa formation et de la délivrance de son autorisation de conduite. Le cas échéant, il est essentiel de s’assurer de son aptitude médicale, de l’adéquation de la formation du conducteur à l’équipements de travail mis à sa disposition, ainsi que de la transmission des informations relatives aux lieux et des instructions à respecter sur le site.

Conducteur salarié d’une entreprise de travail temporaire

L'entreprise de travail temporaire est responsable de la formation à la conduite et de l'évaluation des connaissances et savoir-faire du conducteur intérimaire pour la conduite en sécurité. Le chef de l’entreprise utilisatrice doit pour sa part, s’assurer que le conducteur a la connaissance des lieux et des instructions à respecter sur le ou les sites d’utilisation avant de lui délivrer l’autorisation de conduite pour le temps de la mission.

 

Pour plus de précisions sur ces dispositions, se référer à la circulaire DRT 99/7 du 15 juin 1999.

En savoir plus

Mis à jour le 06/04/2020