Accès rapides :
La revue technique de l'INRS :

Revue Hygiène & sécurité du travail

Sommaire

Vous êtes ici :

  1. Accueil
  2. Publications et outils
  3. Hygiène et sécurité du travail
  4. Dans ce numéro (rubrique sélectionnée)

Dans ce numéro

Hygiène et sécurité du travail est la revue technique de l’INRS. Son objectif est de proposer des informations opérationnelles et diversifiées aux professionnels de la prévention.

À la une du numéro 266 (1er trimestre 2022)

  • Conception des locaux de travail en « BIM » : quels enjeux pour la prévention des risques professionnels ?

    L’émergence d’outils numériques liés au BIM (de l’anglais Building information modelling : modélisation des informations du bâtiment) induit des changements profonds dans la manière d’appréhender un projet de conception architecturale. Ce décryptage éclaire ce qu'est le BIM et les évolutions qu'il induit en matière de pratiques de conception afin d'en comprendre les enjeux pour la prévention des risques professionnels. Des opportunités pour mieux identifier, traiter et maîtriser les risques et, plus globalement, pour intégrer efficacement les exigences de santé et de sécurité dès la conception d'un local recevant des travailleurs, sont également mises en lumière.

  • Le dispositif de formation SST : vers une culture de prévention partagée

    La formation est un levier essentiel de sensibilisation et de diffusion des principes de prévention dans les entreprises, au profit de la réduction des atteintes à la santé et de l’amélioration des conditions de travail. L’INRS et l’Assurance maladie – Risques professionnels ont introduit des éléments de santé et de sécurité au travail dans les référentiels de compétences professionnelles et de formation continue. Le dispositif de formation « Sauvetage secourisme du travail (SST) » s'inscrit dans cette orientation et illustre l’évolution des processus de formation à la prévention organisés par l’INRS vers le plus grand nombre. Ce dossier décrit le fonctionnement du dispositif SST, les compétences qu’il permet de développer, ainsi que l’organisation de la démultiplication pour répondre au besoin accru de formations.

  • Mesure en temps réel du dioxyde de carbone dans les espaces de travail

    Le dioxyde de carbone (CO2), naturellement présent dans l’atmosphère, est produit par l'organisme humain au cours de la respiration. Sa teneur dans un local est liée notamment à l’occupation humaine et à la gestion du renouvellement de l’air intérieur. L’évaluation de sa concentration est un indicateur du taux de confinement et de la qualité du renouvellement de l’air, mais ne constitue pas un suivi de la qualité sanitaire d’un local. En cette période pandémique, afin de suivre les recommandations gouvernementales sur l’aération des locaux et le renouvellement de l’air intérieur, la mesure du taux de CO2 dans les lieux de travail se généralise.

  • Efficacité barrière des masques FFP (avec et sans soupape expiratoire) et chirurgicaux face aux risques de propagation virale

    Différents types de masques sont aujourd’hui utilisés sur le lieu de travail afin de limiter la propagation du virus Sars-CoV2, agent responsable de la Covid-19. Des mises en garde sur l’utilisation de masques de type « pièce faciale filtrante » (FFP) avec soupape ont été émises au début de la crise sanitaire malgré le faible nombre de données scientifiques sur le sujet. L’INRS a développé un protocole expérimental pour déterminer l'efficacité de contrôle à la source (ou efficacité barrière) de différents types de masques, permettant de montrer que l’impact de la soupape expiratoire n’était pas significatif vis-à-vis de l’émission de particules de tailles situées autour de 1 μm et 3 μm de diamètre, par une tête factice respirant normalement et donc, que les efficacités des masques FFP sont comparables, qu’ils soient munis d’une soupape expiratoire ou non.

  • Secteur vétérinaire : niveaux d’exposition aux contaminants chimiques

    Les activités de soins animaliers exposent les personnels à une diversité d’agents chimiques. En vue de mieux évaluer les niveaux d’exposition, cet article dresse un portrait des mesures individuelles réalisées dans le secteur des activités vétérinaires, à l’aide des données enregistrées dans la base Colchic entre 2011 et 2020.

  

 


En savoir plus :
Mis à jour le 03/06/2022