Accès rapides :

Vous êtes ici :

  1. Accueil
  2. INRS
  3. Activités de recherche
  4. Cancer de la vessie et exposition professionnelle aux brouillards d’huiles : une étude cas-témoins en contre-appariement dans des usines sidérurgiques du Nord-Pas-de-Calais (rubrique sélectionnée)

Cancer de la vessie et exposition professionnelle aux brouillards d’huiles : une étude cas-témoins en contre-appariement dans des usines sidérurgiques du Nord-Pas-de-Calais

Publication scientifique

Objectif : L’objectif de cette étude est de rechercher s’il existe un risque de cancer de la vessie associé à des expositions professionnelles à des brouillards d’huiles, issus de l’utilisation d’huiles entières ou de fluides aqueux tels qu’ils ont été introduits à partir des années 1960, en prenant en compte d’autres cancérogènes professionnels et extra-professionnels.
Méthodes : Une étude cas-témoins a été mise en place au sein d'une cohorte de travailleurs, embauchés entre le 1er janvier 1960 et le 30 juin 1997, dans 6 usines sidérurgiques de la région Nord-Pas-de-Calais. Les cas de cancer de vessie ont été diagnostiqués entre 2006 et 2012. Trois témoins par cas ont été tirés au sort parmi les sujets de la cohorte, appariés aux cas selon l'âge au diagnostic. L’évaluation des expositions professionnelles a été réalisée par deux experts sur la base des informations collectées : questionnaires professionnels, comptes rendus de visite d’ateliers, liste des produits utilisés. Les relations entre les expositions aux 3 types de fluides de coupe et la survenue de cancer de la vessie ont été estimées par le calcul d’Odds-Ratios (OR) et de leur intervalle de confiance à 95 % (IC95%) à l’aide de modèles de régression logistique conditionnelle. Ces modèles multiples ont également pris en compte les habitudes tabagiques et les autres expositions professionnelles des sujets de l’étude. Les expositions aux fluides de coupe ont été scindées selon 2 périodes : 25 dernières années avant diagnostic (sans tenir compte de l’exposition des 5 dernières années avant diagnostic) et au-delà.
Résultats : La cohorte sidérurgique renferme 22 795 hommes. L’étude cas-témoins porte sur 84 cas et 251 témoins. Après ajustement sur le tabac et les expositions aux hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) hors fluides de coupe, le risque de cancer de vessie augmente, de manière statistiquement significative, avec la durée d’exposition aux huiles entières au cours des 25 dernières années avant diagnostic (OR=1,13 ; IC95% 1,02-1,25) et avec la durée pondérée par la fréquence d’exposition aux huiles entières au cours de la même période (OR=1,44 ; IC95% 0.97-2.14). Pour les expositions aux huiles solubles au cours de cette même période, des ORs supérieurs à 1 statistiquement non significatifs ont été observés, quelle que soit la métrique d’exposition utilisée. Aucune association significative n’est mise en évidence avec des expositions aux fluides synthétiques. Il en est de même avec les expositions anciennes à chaque fluide de coupe.
Conclusion : Cette étude met en évidence un risque accru de cancer de la vessie, statistiquement significatif, parmi les personnes exposées aux huiles entières au cours des 25 dernières années. Cette étude ne peut pas exclure une relation avec des expositions aux fluides solubles. En revanche, elle ne met pas en évidence d’association avec des expositions aux fluides synthétiques.

Disciplines de recherche
Epidémiologie
Etudes Publications Communications