Accès rapides :

Vous êtes ici :

  1. Accueil
  2. INRS
  3. Activités de recherche
  4. Rayonnements optiques artificiels incohérents : des outils pour évaluer ou mesurer (rubrique sélectionnée)

Rayonnements optiques artificiels incohérents : des outils pour évaluer ou mesurer

Communication scientifique

Les principales difficultés pour évaluer les risques dus aux Rayonnements Optiques Artificiels (ROA) proviennent de la multiplicité de leurs effets et de l’étendue de leur domaine spectral. Entre 200 et 3000 nm, sept grandeurs sont à déterminer pour évaluer les risques et certaines ne sont pas toujours simples à appréhender. S’ajoute à cela la diversité des sources rencontrées sur les lieux de travail. Sachant que le champ d’application de la réglementation s’étend à toutes les sources de ROA, il convient de pouvoir distinguer, dans un premier temps, les situations de travail présentant un risque négligeable ou nul de celles qui présentent un risque potentiel. Dans un second temps, si l’absence de risque ne peut pas être confirmée, les niveaux d’exposition aux ROA doivent alors être quantifiés et comparés Valeurs Limites d’Exposition (VLE).
L’analyse documentaire - L’évaluation de premier niveau consiste à recenser les différentes sources de rayonnement optique présentes dans l’entreprise. Ensuite, pour chaque source répertoriée, les informations documentaires disponibles tels que les données techniques fabricant, les normes, les guides pratiques et publications scientifiques reconnus et validés par un organisme de référence seront utilisés pour déterminer s’il est possible ou non de conclure à l’absence de risque.
Le calcul - Il nécessite tout d’abord une analyse détaillée des conditions d’exposition : Zones du corps exposées, distances et durées d’exposition, rayonnement direct ou réfléchi. Dans certains cas, une source ayant les mêmes caractéristiques a déjà été évaluée et a fait l’objet d’une publication. Si, par exemple, les résultats sont présentés sous la forme de courbes d’expositions « distance - durée d’exposition » il est possible de déterminer les risques dans les conditions d’exposition souhaitées. Des outils de simulation numérique de l’exposition aux rayonnements optiques sont également disponibles et téléchargeables gratuitement. On peut citer le logiciel CatRayon[1], qui permet d’évaluer les risques dans une configuration simplifiée : une source-un observateur ou dans une configuration plus complète : plusieurs sources et plusieurs travailleurs exposés. D’autres instituts européens de prévention des risques professionnels, proposent aussi des outils de calcul [2],[3] (dans leur langue d’origine) pour des sources spécifiques.
Le mesurage - En l’absence d’informations, lorsque l’analyse documentaire est non concluante ou que le calcul n’est pas possible, le mesurage est alors le dernier recours pour déterminer les expositions. Les normes NF EN 12455-1 et 2[4],[5] décrivent en détail les protocoles de mesure, les exigences sur la sensibilité des appareils ainsi que les différents appareils utilisables dans chaque domaine spectral. Deux méthodes de mesure sont utilisables pour déterminer les différentes grandeurs à comparer aux VLE. La première consiste à mesurer directement les éclairements énergétiques efficaces (pondérés) (Eeff, EUVA…) à l’aide de radiomètres. La seconde méthode s’effectue en deux temps : mesurer les grandeurs énergétiques spectriques El et Ll à l’aide d’un spectroradiomètre et calculer ensuite les grandeurs nécessaires à l’évaluation des risques.

  • Fiche technique

    Fiche technique

    • Année de publication

      2020
    • Langue

      Français
    • Discipline(s)

      Rayonnement optique
    • Auteur(s)

    • Référence

      7/10/2020-PARIS-Société Française de RadioProtection - Exposition des travailleurs aux rayonnements électromagnétiques et optiques artificiels : appliquer la réglementation au quotidien
Disciplines de recherche
Rayonnement optique
Etudes Publications Communications