Accès rapides :

Vous êtes ici :

  1. Accueil
  2. INRS
  3. Activités de recherche
  4. Risques cardiovasculaires selon différents profils de travail de nuit ou posté (rubrique sélectionnée)

Risques cardiovasculaires selon différents profils de travail de nuit ou posté

Communication scientifique

Objectif. Les conséquences du travail de nuit ou posté sur la santé notamment cardiovasculaire sont de plus en plus rapportées dans la littérature. Cependant, des questions demeurent sur les différents schémas horaires (nuit fixe ou alternant, sens de rotation, etc.) et la nature des événements cardiovasculaires associés. L’objectif de ce travail est d’étudier les associations entre différents profils d’exposition, définis selon la présence de travail de nuit et/ou posté actuel et passé, et plusieurs maladies (MCV) et facteurs de risque cardiovasculaires.
Méthodes. Une étude transversale a été réalisée à partir des données de 69 143 travailleurs issus de la cohorte CONSTANCES. Quatre groupes d’exposition ont été définis : (1) les travailleurs en horaire de nuit fixe, (2) les travailleurs en horaire alternant 3x8, (3) les travailleurs de jour avec un passé de travail de nuit, (4) les travailleurs de jour sans travail de nuit/posté au cours de leur carrière (groupe de référence). Des modèles de régression logistique ajustés sur l’âge, le sexe et les catégories socio-professionnelles ont été réalisés pour estimer le risque d’infarctus du myocarde (IM), d’angor et d’accident vasculaire cérébral (AVC) en fonction des différents groupes d’exposition. Les mêmes analyses ont été réalisées pour différents facteurs de risque de MCV (hypertension artérielle - HTA, hypercholestérolémie traitée, diabète de type II, indice de masse corporelle - IMC).
Résultats. Les travailleurs de nuit fixe ou en 3x8 ne présentent pas plus de risque d’angor et d’IM que le groupe de référence. En revanche, ils présentent un risque plus élevé d’HTA (3x8 : OR=1,31 [1,05-1,64]), d’hypercholestérolémie traitée (3x8 : OR=1,40 [1,07-1,83]) et de diabète de type II (nuit fixe : OR=2,49 [1,56-3,97]). Les travailleurs de jour actuels avec un passé de travail de nuit ont un risque significativement plus élevé d’angor (OR=1,79 [1,19-2,67]), d’IM (OR=1,69 [1,17-2,44]) et d’hypercholestérolémie traitée (OR=1,17 [1,02-1,35]) que le groupe de référence. Aucun sur-risque d’AVC n’est mis en évidence.
Conclusion. Les résultats confortent la nécessité d’un suivi renforcé des personnes exposées au travail de nuit / posté sur le plan cardiovasculaire. Une des mesures de prévention peut consister en un changement d’horaire vers du travail de jour. Cependant, il est également nécessaire d’effectuer un suivi régulier et spécifique chez les travailleurs de jour actuels ayant un passé de travail de nuit ou posté.

Disciplines de recherche
Epidémiologie
Etudes Publications Communications