Accès rapides :

Vous êtes ici :

  1. Accueil
  2. INRS
  3. Activités de recherche
  4. Les basses fréquences perçues à fort niveau dans les concerts peuvent- elles engendrer des pertes auditives ? (rubrique sélectionnée)

Les basses fréquences perçues à fort niveau dans les concerts peuvent- elles engendrer des pertes auditives ?

Communication scientifique

Le public n'est pas la seule population à risque lors d'un concert. Les professionnels sont souvent d'avantage exposés. Ils sont exposés à la fois à des intensités plus élevées, sur des durées et avec des fréquences plus importantes.
La pondération A, utilisée pour mesurer l'exposition sonore, est plutôt mal adaptée pour réaliser des mesures dans un environnement de type concert du fait de la présence d'une composante marquée en basses fréquences et d'une intensité sonore élevée. L'étude des spectres sonores de la musique amplifiée lors de concerts permet d'évaluer l'intérêt d'autres pondérations : C ou G.
La pondération G se révèle inadaptée car il n'y a pas d'infrasons dans la musique amplifiée. Plusieurs raisons expliquent cette absence : les sources sonores (instruments) n'émettent pas de son à ces fréquences ; les systèmes de restitution n'existent pas pour ces fréquences ; cette plage de fréquences pose des problèmes pour les structures des bâtiments.
La pondération C est en revanche bien adaptée aux mesures de musique amplifiée, mais le db(A) reste la valeur de référence puisque la réglementation du bruit au travail est définie sur cette pondération.
Les sons de très basses fréquences peuvent avoir un impact extra auditif, notamment sur le système vestibulaire (120 dB). À partir de 140 dB ils deviennent une souffrance et cette douleur est liée à l'oreille moyenne.
Une population présente un risque accru aux bruits de basses fréquences. Il s'agit des femmes enceintes pour l'enfant à naitre qu'elles portent. Le risque est maximal durant le 3eme trimestre, période critique pour le système auditif du fœtus qui va être exposé aux bruits de basses fréquences car les barrières abdominale, utérine et placentaire atténuent très peu les fréquences inférieures à 250 Hz.

Disciplines de recherche
Biologie - Microbiologie
Etudes Publications Communications