Accès rapides :

Vous êtes ici :

  1. Accueil
  2. INRS
  3. Activités de recherche
  4. Conséquences biomécaniques de l’usage d’un exosquelette d’assistance du dos lors de manœuvres de décubitus ventral chez des patients sous ventilation mécanique : étude pilote. (rubrique sélectionnée)

Conséquences biomécaniques de l’usage d’un exosquelette d’assistance du dos lors de manœuvres de décubitus ventral chez des patients sous ventilation mécanique : étude pilote.

Communication scientifique

Les exosquelettes apparaissent comme une solution prometteuse pour assister physiquement les professionnels de santé lors des tâches de manipulation de patient, bien que peu d'études ne se soient à ce jour spécifiquement concentrées sur ce secteur (Miura et al.2020). Si les études s'accordent globalement sur le fait que les exosquelettes d’assistance du dos ont le potentiel de réduire l'activité des muscles lombaires lors de tâches impliquant une flexion/extension du tronc, l'efficacité de ces systèmes et leur facilité d'utilisation semblent en grande partie dépendantes de la tâche (Theurel et al. 2019). Une étude préliminaire (Settembre et al.2020) a identifié un exosquelette passif (Laevo, Pays-Bas) d’assistance du dos dont les caractéristiques pouvaient correspondre aux besoins d’assistance physique associés aux manœuvres de décubitus ventral (DV) pratiquées en unités de soins intensifs (USI). Cette communication présente une étude pilote sur les effets biomécaniques de l'utilisation du Laevo lors des manœuvres de DV.
Deux volontaires, infirmiers à l’USI, ont réalisé des maneouvres de DV avec et sans exosquelette sur un simulateur de patient (mannequin) au centre de simulation hospitalière de l'université de Lorraine. Chaque manœuvre durait environ 4 min. Les participants étaient équipés d’un système de capture du mouvement inertiel (Xsens MVN Link) pour enregistrer la cinématique du corps entier. Ils étaient également équipés d'un capteur (Delsys Trigno EKG) pour mesurer la fréquence cardiaque. Enfin, l'activité musculaire était enregistrée par 12 capteurs Delsys Trigno sEMG placés bilatéralement sur les muscles erector spinae longissimus (ESL), erector spinae iliocostalis (ESI), trapezius ascendens (TA) biceps femoris (BF), et latéralement à droite, sur les muscles rectus abdominis (RA), rectus femoral (RF), gluteus maximus (GM) et tibialis anterior (TA).

Disciplines de recherche
Biomécanique
Etudes Publications Communications
Physiologie du travail
Etudes Publications Communications