Accès rapides :

Vous êtes ici :

  1. Accueil
  2. INRS
  3. Activités de recherche
  4. Optimisation d’un test BMDC pour évaluer les sensibilisants respiratoires et cutanés : apport de l’étude des mécanismes intracellulaires. (rubrique sélectionnée)

Optimisation d’un test BMDC pour évaluer les sensibilisants respiratoires et cutanés : apport de l’étude des mécanismes intracellulaires.

Communication scientifique

De nombreux produits chimiques peuvent entrainer des allergies. Les réglementations REACh et CLP exigent d’identifier ces sensibilisants et de les classer dans deux catégories de danger distinctes : les sensibilisants cutanés et les sensibilisants respiratoires. Il est donc nécessaire d’évaluer précisément le potentiel sensibilisant des substances chimiques. Dans ce contexte, notre laboratoire a développé un test in vitro basé sur un modèle de cellules dendritiques dérivées de moelle osseuse de souris (BMDC) qui s’appuie sur l‘analyse des modifications phénotypiques en réponse aux produits chimiques. Ce test permet de prédire le potentiel sensibilisant de nombreuses substances, toutefois la seule analyse des marqueurs de surface ne suffit pas à distinguer les sensibilisants cutanés des sensibilisants respiratoires. L’objectif de ce travail est d’optimiser notre test par l’étude des voies intracellulaires spécifiquement activées par les différentes catégories de sensibilisants. Dans un premier temps, les voies MAPK et STAT, connues pour leur rôle dans la maturation des cellules dendritiques, ont été étudiées.
La méthode de phosphoflow a été utilisée pour analyser la réponse intracellulaire des BMDC après exposition au dinitrofluorobenzène (un sensibilisant cutané), à l’hexachloroplatinate d’ammonium (un sensibilisant respiratoire) et au SDS (un non-sensibilisant). Cette méthode de cytométrie en flux permet d’analyser sur un même échantillon cellulaire l’activation par phosphorylation des protéines MAPK : p38, ERK1/2 et JNK, et des STAT1, STAT3 et STAT5.
Ces analyses nous ont permis d’observer que, contrairement au non-sensibilisant qui n’entraine aucune augmentation de phosphorylation, l’exposition aux deux catégories de sensibilisants, cutané ou respiratoire, induit une activation de certaines voies étudiées. Par ailleurs, les profils d’activation diffèrent selon la catégorie de sensibilisant. Ces premiers résultats nous ont permis d’identifier des marqueurs potentiellement spécifiques d’une catégorie de sensibilisant. Après confirmation avec l’étude d’un plus grand nombre de produits, ils pourraient permettre d’optimiser notre test BMDC.

Disciplines de recherche
Toxicologie expérimentale
Etudes Publications Communications