Acces rapides :
Dossier :

Vibrations transmises aux membres supérieurs

Sommaire du dossier

Vous êtes ici :

  1. Accueil
  2. Risques
  3. Vibrations transmises aux membres supérieurs
  4. Prévention des risques liés aux vibrations transmises aux membres supérieurs (rubrique sélectionnée)

Prévenir les risques

Supprimer ou réduire les expositions

L’employeur est tenu de supprimer ou de réduire l’exposition aux vibrations en mettant en œuvre des actions de prévention permettant de diminuer la probabilité de développer ou d’aggraver des pathologies. Cela implique, outre le choix de machines moins vibrantes et la réduction des durées d'exposition, l’aménagement optimal des postes de travail.

Choisir les bons équipements et veiller à leur bonne utilisation

Dans tous les cas, il est important de :

  • Choisir des machines neuves adaptées : lors de l’achat, établir un cahier des charges en s’aidant des préconisations fixées par la directive européenne Machines :
    - adéquation de la machine avec la tâche à réaliser afin d'éviter à l'opérateur des efforts inutiles,
    - présence d’un système antivibratile efficace conçu pour la machine,
    - déclaration de la valeur de l’émission vibratoire (mesurée selon les conditions d’essai normalisées correspondantes) fournie par le fabricant ou le distributeur pour comparaison.
  • Entretenir périodiquement la machine : graisser les parties mécaniques, remplacer les pièces d'usure, affûter ou changer les outils coupants, équilibrer les parties tournantes, vérifier et, si nécessaire, remplacer à l’identique les systèmes antivibratiles existants.
  • Former les opérateurs afin qu’ils participent activement aux actions de prévention. En particulier, il convient de former les opérateurs à l’utilisation des différentes machines et outils, notamment lorsqu’elles présentent des systèmes spécifiques de réduction des vibrations.

Utilisation d’une meuleuse

Modifier l'outil et/ou le processus de travail

Dans le choix des outils, il faut s’orienter vers des machines exposant moins les salariés aux vibrations. On pourra remplacer par exemple un brise-béton par une pelle équipée d’un brise roche hydraulique, une pilonneuse par une plaque vibrante télécommandée, une clef à chocs conventionnelle par une visseuse hydro-pneumatique à fort couple… On pourra également apporter une aide à la manutention avec reprise de couple à un outil habituellement tenu à la main (par exemple un bras articulé supportant la machine pour le meulage de grandes surfaces).

De nombreux fabricants équipent d’origine leurs machines de dispositifs de réduction des vibrations. Leur choix est à privilégier. La plupart des brise-béton ainsi que certains fouloirs, burineurs, marteaux à aiguilles, débosseleurs, perforateurs, tronçonneuses, dameuses sont dotés d’une suspension isolante. Certaines ponceuses et meuleuses sont équilibrées d’origine ou en option de façon à compenser le balourd de leur partie tournante. La plupart des machines (rotatives et alternatives) utilisées en espace vert disposent de suspensions (ressorts ou plots viscoélastiques). Dans le choix des options, il est recommandé de privilégier les dispositifs mis au point par le fabricant de la machine (poignées antivibratiles, système de compensation de balourd,…).

Réduire la durée d’exposition

Afin de réduire le temps d’exposition, on pourra, par exemple, effectuer des permutations de postes ou intercaler des tâches non vibrantes.

Éviter le refroidissement des mains et du corps

Dans tous les cas, les travaux au froid doivent être exécutés avec des gants. Il est aussi important de conserver le corps au chaud grâce au port de vêtements appropriés. Par ailleurs, les poignées des machines doivent être revêtues d'un isolant thermique. Si l’équipement dispose d’un échappement d’air comprimé, celui-ci ne doit pas être dirigé vers l'opérateur, et en particulier vers ses mains.

 

Pour en savoir plus
Mis à jour le 16/02/2016
Formation