Acces rapides :
Dossier :

Vibrations transmises à l’ensemble du corps

Sommaire du dossier

Vous êtes ici :

  1. Accueil
  2. Risques
  3. Vibrations transmises à l'ensemble du corps
  4. Ce qu'il faut retenir (rubrique sélectionnée)

Ce qu'il faut retenir

La conduite régulière d’un véhicule ou d’un engin de chantier, de transport ou de manutention peut exposer les salariés à des niveaux élevés de vibrations. Transmises à l’ensemble du corps, ces vibrations peuvent favoriser la survenue de douleurs particulièrement au niveau du dos. Pour prévenir ces risques, la réglementation définit des valeurs limites d’exposition au-delà desquelles des actions de prévention doivent être mises en œuvre.

Effets sur la santé

À la longue, les vibrations les plus intenses peuvent entraîner des risques pour la santé des salariés, notamment des douleurs lombaires (lombalgies), des hernies discales…

Ces maladies sont reconnues comme maladies professionnelles. Afin de limiter leur apparition, de nombreuses mesures de prévention peuvent être mises en place : réduction des durées d’exposition, choix du matériel et amélioration des conditions d’utilisation.

Prévention des expositions

Le Code du travail (articles R. 4441-1 à R. 4447-1 issus du décret n° 2005-746 du 4 juillet 2005) oblige les employeurs à prévenir le risque vibratoire. Il fixe notamment des valeurs limites d’exposition journalière :

  • une valeur d’exposition déclenchant l’action, dite valeur d’action (0,5 m/s²) : si cette valeur est dépassée, des mesures techniques et organisationnelles doivent être prises afin de réduire au minimum l’exposition.
  • une valeur limite d’exposition (1,15 m/s²) qui ne doit jamais être dépassée


L’employeur est tenu d’évaluer les niveaux de vibrations mécaniques auxquels les salariés sont exposés et de mettre en œuvre des mesures de prévention visant à supprimer ou à réduire les risques résultant de cette exposition (réduire les vibrations à la source, diminuer la transmission des vibrations au travailleur, réduire l’effet de transmission des vibrations et former les opérateurs).


Le suivi médical permet de dépister les signes précoces de maladies dues aux vibrations mécaniques, de proposer la mise en place d’actions de prévention et d’en vérifier l’efficacité à long terme. Ce suivi comprend notamment une visite médicale avant l’affectation au poste de travail et une surveillance médicale renforcée au long cours.

 

Pour en savoir plus
Mis à jour le 06/01/2015
Formation