Accès rapides :

Rayonnements ionisants

Sommaire du dossier

Vous êtes ici :

  1. Accueil
  2. Risques
  3. Rayonnements ionisants
  4. Conduite à tenir en cas d’incident ou d’accident (rubrique sélectionnée)

Conduite à tenir en cas d’incident ou d’accident

Conduite à tenir en cas d’incident ou d’accident

Ne sont pas abordées dans cette partie de notre dossier les situations d’urgence radiologique qui mettent en péril la population générale (dispersion de substances radioactives dans l’environnement). Pour ces situations, il est nécessaire de se reporter au Code de la Santé publique.
Ce paragraphe traite uniquement des premiers réflexes à avoir au poste de travail quand une situation incidentelle ou accidentelle survient.

En préalable

Il est important de rappeler en préalable que :

  • Tout salarié doit être informé des risques encourus au poste de travail, et en particulier des instructions à suivre en cas de situation anormale (notice de poste remise individuellement par le chef d’établissement).
  • La formation des travailleurs doit être renouvelée tous les 3 ans : elle porte notamment sur les conduites à tenir en cas de situation anormale.
  • Une notice, rappelant les risques particuliers liés au poste occupé ou à l’intervention à effectuer, les règles de sécurité applicables et les instructions à suivre en cas de situation anormale, doit être remise à toute personne amenée à intervenir en zone contrôlée.
  • A l’intérieur des zones surveillées comme des zones contrôlées, un affichage rappelle notamment les risques d’exposition externe et éventuellement interne, les consignes de travail adaptées à la nature de l’exposition et aux opérations envisagées.


Un travail en amont d’identification des risques peut se baser sur l’utilisation de la base RELIR « retour d’expérience sur les incidents radiologiques », qui propose des exemples pratiques d’incidents avec les leçons à en tirer.

Vous êtes confronté à une dispersion ou dissémination de substances radioactives (sources non scellées)

Parfois la contamination d’un local sera mise en évidence après un incident matériel sans contamination humaine (dont on aura vérifié l’absence). La décontamination des locaux faite rapidement et correctement permettra d’éviter le risque de contamination des personnes. Un simple balisage et confinement du local pendant quelques heures ou quelques jours pourra parfois être suffisant (compte tenu du niveau initial de la contamination et de la période du radioélément).

Signes d’alerte

Vous pouvez être alerté d’une telle situation par les évènements suivants :

  • un contrôle de contamination a été effectué et met en évidence une dispersion après manipulation ;
  • une erreur de manipulation est survenue (ce qui implique la recherche de contamination) ;
  • l’alarme d’un dosimètre opérationnel, d’une balise ou d’un contrôleur d’ambiance s’est déclenchée.
Témoin : conduite à tenir

Le témoin d’une dispersion ou d’une dissémination de substance radioactive (personne non exposée à la contamination) doit :

  • Alerter la hiérarchie, la personne compétente et le médecin du travail
  • En cas d’intervention sur les lieux de la contamination, prendre les mesures destinées à empêcher ou limiter sa propre exposition (interne et externe).
Personne exposée à une contamination : conduite à tenir
  • Vérifier la réalité de la contamination et de la dispersion dans la zone de travail, et la réalité de sa propre contamination (vêtements et parties du corps susceptibles d’être contaminées) à l’aide d’un détecteur de contamination
  • S’il y a confirmation de la contamination :
    • Dans tous les cas, prévenir la personne compétente et le médecin du travail
    • Dans l’attente de l’intervention extérieure, veiller à ne pas disperser la contamination et suivre la procédure établie (instructions à suivre en cas de situation anormale remises à toute personne travaillant en zone contrôlée)
  • Se conformer ensuite aux indications données par les intervenants extérieurs.

Mesures à prendre par les personnes intervenantes

La personne compétente et le médecin du travail sont les personnes les plus à même pour intervenir dans ce genre de situation ;ceux ci peuvent s’appuyer si nécessaire sur l’IRSN (tel : 06 07 31 56 63).

  • Mesures d’urgence
    • Avant d’intervenir, s’équiper des équipements de protection individuelle nécessaires (sur-blouse, gants, sur-bottes…).
    • Dans tous les cas d’urgence médico-chirurgicale associée, les gestes de premiers secours priment sur la décontamination.
    • Si les locaux de travail sont aménagés pour cela, faire passer la personne contaminée dans un sas ou une salle de décontamination situé(e) à proximité de l’espace de travail (sans risque de contaminer d’autres espaces de travail).
    • Délimiter la zone contaminée et installer un périmètre de sécurité.
    • Le plus rapidement possible, mettre en oeuvre les procédures de décontamination de la personne exposée :
      • Lui faire enlever les vêtements contaminés
      • Vérifier l’existence éventuelle d’une contamination corporelle, qui doit être traitée immédiatement :
        • Lavage abondant (en recueillant si possible l’eau de lavage)
        • Savonner sans frotter (éviter l’abrasion de la peau)
        • En cas de lavage nécessaire du visage ou des cheveux, protéger les yeux, la bouche, les narines et les oreilles de façon à éviter leur contamination
        • Laver les plaies superficielles et les yeux (ces derniers de préférence avec du sérum physiologique)
        • S’assurer de l’efficacité de la décontamination avec un détecteur de radioactivité
    • Dans tous les cas, rechercher la présence de blessures ou de plaies et évaluer le risque de contamination interne éventuelle (circonstances, activité manipulée, reconstitution de l’accident) :
      • La pénétration du radionucléide dans le corps par ingestion, inhalation, ou passage percutané entraîne une exposition interne.
      • Eventuellement, un traitement sera administré : médicaments accélérant l’élimination des substances radioactives et dans certains cas, médicaments spécifiques du type de radioélément (ex : iodure de potassium dans le cas d’une contamination par de l’iode radioactif).
         
  • Autres mesures concernant plus spécifiquement la décontamination de la zone de travail
    • En préalable
      • Avant d’intervenir, revêtir une tenue étanche, et si nécessaire, porter un masque respiratoire
      • Baliser la zone contaminée et la protéger, par une feuille de vinyle par exemple, et enfermer les objets contaminés dans des sacs de vinyle
      • Prendre des mesures limitant la dissémination des produits : utiliser sur les liquides radioactifs un matériau absorbant (vermiculite, sable, terre, papier absorbant…), et pour les poudres, les humidifier afin de mieux les absorber avec un matériau adéquat.
    • Décontamination de la zone de travail
      La nature des supports contaminés et celle des substances contaminantes guideront le choix de la technique à utiliser : aspiration, lavage, traitement chimique. La décontamination s'effectuera toujours de la limite externe de la zone vers l'intérieur de façon à ne pas disperser ou étendre la contamination.
      Dans les cas où la période du radioélément est courte (quelques jours par exemple), le plus simple et le plus efficace est de fermer le local, et d’attendre que la contamination disparaisse d’elle-même.
      Tous les effluents et résidus de cette opération seront recueillis avec le plus grand soin, ainsi que les objets et les vêtements contaminés. Ces déchets pourront être éliminés dans certains cas par l’intermédiaire de l’ANDRA (Agence nationale des déchets radioactifs).

Vous êtes confronté à une situation anormale lors de l’utilisation d’un générateur ou d’une source scellée

Cette situation anormale peut être de plusieurs types : mauvaise manipulation de l’équipement, dysfonctionnement du matériel, entrée inopportune dans une zone à risque…

Signes d’alerte

Vous pouvez être alerté d’une telle situation par les évènements suivants :

  • l’alarme du dosimètre opérationnel, d’une balise ou d’un contrôleur d’ambiance s’est déclenchée ;
  • l’indicateur de mise en fonctionnement d’un générateur ou d’une sortie de source (gyrophare, voyant lumineux) est activé.
Témoin : conduite à tenir

Le témoin d’une situation anormale lors de l’utilisation d’un générateur ou d’une source scellée (personne non exposée à l’irradiation) doit :

  • Actionner l’arrêt d’urgence de l’installation (générateur électrique), ou faire évacuer la zone à proximité de sources scellées
  • Alerter la hiérarchie, la personne compétente et le médecin du travail
  • En cas d’intervention sur la zone d’irradiation, prendre les mesures destinées à limiter sa propre irradiation. Rappelons que la personne ayant été exposée accidentellement n’est jamais « irradiante » pour autrui.

Attention, dans certains cas (fortes énergies, sources bloquées), l’irradiation peut se poursuivre après l’arrêt de l’installation. Il importe d’en tenir compte avant toute intervention.

Personne exposée : conduite à tenir
  • En cas d’alerte, sortir de la zone ou s’éloigner le plus possible de la source
  • Actionner l’arrêt d’urgence qui se trouve à proximité du générateur ou de la source scellée X
Mesures à prendre par les intervenants

La personne compétente et le médecin du travail sont les personnes les plus à même pour intervenir ; ceux ci peuvent s’appuyer si nécessaire sur l’IRSN (tel : 06 07 31 56 63).
Dans tous les cas, l’urgence chirurgicale (traumatisme….) et/ou médicale prime sur le traitement de l’irradiation.
La dosimétrie opérationnelle et le développement du dosimètre passif permettra parfois de connaître l’importance de l’irradiation. Sinon, l’importance de l’irradiation sera évaluée par la dosimétrie biologique (numération de la formule sanguine et des plaquettes (NFS), modification du caryotype) et par la prise en compte des signes cliniques.


La prise en charge dépendra de l’importance de l’irradiation :

  • Surveillance
  • Hospitalisation à partir d’une irradiation évaluée à 1 Gray environ
Après la situation accidentelle

Tout accident ou incident doit être signalé à la division territorialement compétente de l’ASN (coordonnées disponibles sur www.asn.fr) et déclaré dans le guide n°11 et 16 de déclaration des évènements significatifs dans le domaine de la radioprotection (téléchargeable sur www.asn.fr).

Tout accident ou incident doit être suivi d’une analyse (par la méthodologie de l’arbre des causes par exemple) : il est nécessaire d’en tirer les leçons, et de prendre toutes les mesures permettant d’éviter la répétition de situations similaires.
Toute situation accidentelle et les mesures correctives prises peuvent être riches d’enseignements pour les préventeurs, les chargés de sécurité… N’hésitez pas à faire remonter votre expérience auprès de RELIR « retour d’expérience sur les incidents radiologiques ».

 

Pour en savoir plus
Mis à jour le 16/06/2015
Formation INRS