Accès rapides :
DOSSIER :

Nouvelles technologies d’assistance physique (robots, exosquelettes...)

Sommaire du dossier

Vous êtes ici :

  1. Accueil
  2. Risques
  3. Nouvelles technologies d’assistance physique
  4. Points de repère pour la prévention (rubrique sélectionnée)

Points de repère pour la prévention

L’acquisition de robots collaboratifs (cobots), exosquelettes et autres nouvelles technologies d'assistance physique (NTAP) nécessite une analyse approfondie de la situation de travail. Il faut aussi prendre en compte les spécificités de la tâche, les caractéristiques des futurs utilisateurs et le contexte organisationnel.

La prévention des risques liés à l’intégration et/ou à l’utilisation d’une NTAP impose une action concertée de l’ensemble des acteurs de l’entreprise (direction, production, qualité, instances représentatives du personnel, service de santé au travail, préventeurs, opérateurs …) qui s’appuiera en priorité sur les neuf grands principes généraux de prévention des risques professionnels :

Avant d’envisager tout projet d’implantation,  une analyse approfondie de la situation de travail doit être réalisée :  

  • Quel est le problème à traiter ? (charge physique excessive, troubles musculo-squelettiques, maintien au travail ...)
  • Peut-on supprimer le risque à la source ?
  • Si le risque ne peut pas être supprimé, peut-on le réduire par des moyens de prévention collective ? (allègement de la charge physique par des mesures telles que la re-conception de la situation de travail, changements organisationnels, aménagements techniques, acquisition de nouvelles compétences, lien vers démarche de prévention).


C’est seulement à l’issue de ce premier niveau de réflexion que les acteurs de l’entreprise devront clarifier leurs motivations et s’interroger, le cas échéant, sur les moyens de prévention individuelle à mettre en place. Dans ce contexte, il est important de rappeler que les NTAP sont conçues pour assurer une assistance physique très spécifique (Cf. § classification) et ne peuvent pas répondre a priori à l’ensemble des questions génériques que souhaitent traiter les acquéreurs : réduction de la charge physique et/ou des troubles musculo-squelettiques (TMS), maintien au poste de travail… Elles sont susceptibles par ailleurs d’introduire des risques nouveaux en matière de santé-sécurité dans la situation de travail (cf § identification des risques).

A ce stade, l’entreprise qui souhaite acquérir l’un de ces dispositifs doit définir précisément son besoin en tenant compte des spécificités de la tâche et des contraintes localisées qu’elle génère, des caractéristiques des futurs utilisateurs et du contexte organisationnel. Une évaluation des risques devra être systématiquement conduite avant et après l’intégration des NTAP, en impliquant le plus précocement possible les utilisateurs finaux, avec la contribution des acteurs de la santé au travail. Le recul est actuellement insuffisant pour évaluer les intérêts et limites de l’utilisation des NTAP en milieu professionnel. L’INRS contribue à la recherche dans ce domaine qui est en plein essor.

Mis à jour le 21/07/2016