Accès rapides :
DOSSIER :

Organisation de la maintenance

Sommaire du dossier

Vous êtes ici :

  1. Accueil
  2. Risques
  3. Organisation de la maintenance
  4. Ce qu’il faut retenir (rubrique sélectionnée)

Ce qu'il faut retenir

La maintenance est une fonction essentielle des entreprises. Elle contribue à maintenir dans un état optimal de fonctionnement des équipements de plus en plus complexes et coûteux, à préserver voire améliorer la productivité, la qualité et la conformité des produits/services, et enfin à garantir la sûreté des systèmes et la sécurité des personnels. Elle concerne tous les secteurs d'activités et toutes les entreprises et peut être internalisée ou externalisée.

Les trois grands types de maintenance

  • Maintenance préventive : réalisée à des intervalles prédéterminés ou selon des critères prédéfinis
  • Maintenance corrective : exécutée après détection d’une panne ou d'un défaut, elle permet de dépanner (solution provisoire) ou de réparer (solution définitive) le bien ou l'équipement
  • Maintenance à échelle majeure (ou "grands travaux") : en vue de modifier, d’améliorer ou de rénover le bien ou l'équipement, et généralement menée lors des arrêts saisonniers

Maintenance : une activité à risque

Les activités de maintenance sont très accidentogènes et exposent les salariés à des risques variés. De plus, les organisations du travail de maintenance se sont fortement diversifiées. Elles ont complexifié les systèmes sociotechniques, dans lesquels les activités de maintenance s'insèrent, et peuvent ainsi contribuer à générer des risques.

Les accidents du travail liés à la maintenance sont nombreux et souvent graves. Entre 15 et 20% de l'ensemble des accidents du travail et 10 à 15% des accidents mortels survenus en Europe en 2006 étaient liés aux opérations de maintenance (Agence Européenne pour la Santé et la Sécurité au Travail, 2010). Ces accidents concernent tous les types de maintenance, même si la maintenance corrective immédiate reste la plus accidentogène.
 


Les opérateurs de maintenance sont plus fréquemment accidentés que leurs collègues de production. Les accidents dont ils sont victimes sont également plus graves. La maintenance constitue une activité à risque, quels que soient les personnels qui la réalisent : personnels spécialisés de maintenance, mais aussi opérateurs de production chargés d’effectuer de telles interventions. De plus, une maintenance tardive ou inadaptée (dépannage au lieu d'une réparation, par exemple) contribue aux accidents dont sont victimes les utilisateurs des équipements concernés.
Les personnels de maintenance peuvent en outre développer différentes maladies professionnelles, telles que les troubles musculo-squelettiques (TMS), les cancers professionnels ou les surdités professionnelles, etc. Néanmoins, peu de chiffres sur les maladies professionnelles de ces salariés sont disponibles.

Pour en savoir plus
Mis à jour le 24/03/2015