Acces rapides :
DOSSIER :

Harcèlement et violence interne

Sommaire du dossier

Vous êtes ici :

  1. Accueil
  2. Risques
  3. Harcèlements et violences internes
  4. Conséquences pour les salariés et l’entreprise (rubrique sélectionnée)

Conséquences pour les salariés et l’entreprise


Stress, sentiment de culpabilité, troubles du sommeil, troubles digestifs, isolement, tendances suicidaires… Les différentes formes de violences internes au travail peuvent avoir des répercussions importantes et rapides sur la santé physique et psychologique des salariés qui en sont victimes. Au-delà du retentissement personnel, elles ont également des conséquences sur leur devenir professionnel, leur entourage professionnel proche et sur l’entreprise elle-même.

Conséquences pour les salariés

Les salariés qui signalent être l’objet de comportements hostiles dans leur travail estiment être « en nettement moins bonne santé que les autres » ; ils ont également eu « plus souvent des arrêts de travail pour maladie au cours des 12 derniers mois » et sont plus nombreux à avoir eu « au moins un accident du travail au cours des 12 derniers mois » (enquête SUMER 2010).

Effets sur la santé

Les conséquences du harcèlement moral et sexuel sur la santé des individus sont bien identifiées. Les effets des autres formes de violence interne (conflits, brimades…) dépendent de leur intensité, de leur fréquence et de la régulation qui en est faite dans l’entreprise.

Une situation de harcèlement peut provoquer dans un premier temps des symptômes de stress : nervosité, irritabilité, anxiété, troubles du sommeil, brûlures d’estomac, hypertension artérielle, douleurs musculaires, hyper-vigilance ou hyperactivité, fatigue, consommation d’alcool ou de psychotropes (médicaments ou drogues)… Quand cette situation perdure, sans aucun soutien ou prise en compte, ces symptômes peuvent se transformer au bout de quelques mois en troubles psychiques ou somatiques avérés.

Effets sur la santé d’une situation de violence interne qui perdure (d’après le suivi clinique de salariés ayant été exposé à des comportements hostiles au travail, Grenier-Pezé et Soula, 2002)
Dans un premier temps Sentiment d’épuisement et de fatigue chronique, baisse de l’estime de soi, sentiment de culpabilité et de honte pouvant évoluer vers une dépression
À moyen terme Possible apparition d’une névrose traumatique : retour en boucle de scènes traumatisantes ou humiliantes, angoisse avec manifestations physiques, terreur à l’idée d’aller au travail, cauchemars, insomnie, troubles de la mémoire ou de l’attention, sentiment de culpabilité et de honte, position défensive de justification…
À plus long terme Éventuelles atteintes profondes de la personnalité : bouffées délirantes, dépression grave, paranoïa, désorganisation psychosomatique, conduites addictives, tendances suicidaires pouvant aller jusqu’au suicide.

Effets sur le travail

La vie professionnelle des salariés victimes de harcèlement ou de violences internes est généralement affectée par cette situation : diminution de la satisfaction au travail, désinvestissement professionnel, isolement, dégradation des relations avec les collègues,… La qualité du travail peut ainsi directement s’en ressentir : le salarié a des difficultés à prendre des initiatives ou des décisions, à se concentrer sur son activité, commet des erreurs,...
 

Il arrive que la situation se dégrade au point de nécessiter un retrait ou un départ (déclaration d’inaptitude effectuée par le médecin du travail, licenciement, rupture conventionnelle, démission). La sphère familiale et sociale n’est pas épargnée (isolement, désinvestissement social, conflits familiaux…).

Conséquences pour l’entreprise

Les violences internes ont également des répercussions sur le fonctionnement des entreprises : absentéisme, turnover, démotivation, baisse de créativité, perte de productivité, mauvaise ambiance de travail, détérioration du climat social, difficultés de recrutement, accidents du travail, atteinte à l’image de l’entreprise, litiges et procédures judiciaires…

Pour en savoir plus
Mis à jour le 19/01/2015