Acces rapides :
Dossier :

Risques liés aux chutes de hauteur

Vous êtes ici :

  1. Accueil
  2. Risques
  3. Chutes de hauteur
  4. Prévention des chutes de hauteur (rubrique sélectionnée)

Prévention des chutes de hauteur

L’évaluation des risques, qui permet l’identification de toutes les situations de travail exposant les salariés aux risques de chute, doit intervenir le plus en amont possible. Il devient alors envisageable de proposer des solutions permettant d’éviter l’exposition au risque, respectant les principes généraux de prévention du Code du travail.

La réflexion doit porter sur tous les postes de travail concernés par un risque de chute de hauteur, y compris ceux qui ne concernent que l’entretien. Elle doit également comprendre l’examen des conditions d’accès à ces postes.


La démarche de prévention des risques des chutes de hauteur implique des acteurs différents (concepteurs, maîtres d’ouvrage, utilisateurs des équipements…). Elle se décline en mesures de prévention qui portent à la fois sur :

  • la conception d’un ouvrage ou d’un équipement de travail,
  • le poste de travail,
  • le mode opératoire pour les travaux d’installation et de maintenance.

Déclinaison de quelques principes généraux de prévention pour le travail en hauteur

  • Éviter le risque (exemples) : techniques d’assemblage au sol de charpentes mises en place à l’aide d’une grue, équipement d’éclairage montés sur des systèmes permettant la descente et la remontée pour la maintenance…
  • Évaluer les risques qui ne peuvent être évités, en ne se limitant pas à ceux liés directement à l’effet de hauteur (valeur du dénivelé, fréquence des accès, temps d’intervention) mais en analysant tous les risques présents à ce poste ou liés au travail à réaliser (glissade sur la surface d’évolution, passage à travers une surface fragile, risques électriques dus à la présence de câbles sous tension accessibles, présence d’éléments mobiles ou de charges en mouvement, coactivité…).
  • Combattre les risques à la source : mettre en place des protections appropriées après évaluation (comme un garde-corps).
  • Donner la priorité aux mesures de protection collective, en privilégiant les installations permanentes ou en utilisant des plates-formes élévatrices de personnel, des échafaudages… En cas d’impossibilité technique, prévoir l’utilisation d’équipements de protection individuelle contre les chutes (systèmes d’arrêt de chute, harnais…).
  • Donner les instructions appropriées aux travailleurs : formation obligatoire à l’utilisation des équipements de travail assurant une protection collective, instructions et entraînement pour le port des équipements de protection individuelle de cet équipement.

Les locaux de travail, ateliers ou installations industrielles de manière générale doivent être conçus pour prévenir les chutes de hauteur. Ils comportent donc des équipements permanents permettant d’assurer la protection collective des travailleurs (par exemple plans de travail ou passerelles sécurisés par un garde-corps permanent).
 

Pour des travaux temporaires, une installation permanente sécurisée n’est pas toujours disponible. Une surface accessible peut être alors sécurisée temporairement. Si une telle surface n’existe pas, il est possible de recourir à des équipements de travail adaptés, mécanisés ou non, permettant de s’élever au niveau souhaité et d’y travailler dans des conditions sûres et ergonomiques. Ces équipements sont de 2 grands types :

  • équipements non mécanisés : plates-formes individuelles, échafaudages roulants et échafaudages de pied,
  • équipements mécanisés : plates-formes élévatrices mobiles de personnel, plates-formes sur mâts, plates-formes suspendues.
     

La protection individuelle contre les chutes de hauteur sera réservée aux situations où ’il n’est pas possible de recourir à des équipements assurant une protection collective.
 

Les techniques d’accès et de positionnement au moyen de cordes, font l'objet d'une interdiction de principe, assortie d'exceptions prévues par le Code du travail : elles ne peuvent être utilisées que dans certaines situations très spécifiques.

Mis à jour le 16/10/2014